La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Ce bel été 1964, de Pierre Filoche

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Anthony Dufraisse

Après quinze ans sans rien publier, revoilà Pierre Filoche, 70 ans bientôt. Lui qui signait plutôt des policiers, jusqu’à participer au Poulpe (Éros les tanna tous), épouse cette fois un registre plus psychologique, plus intimiste. Dans ce récit (autobiographique ?) d’apprentissage d’un ado dégingandé, initiation aux choses de la vie et des sentiments, Pierre Filoche met en scène Paul Esnault à un âge charnière. À 16 ans, celui-ci ne sait pas encore qu’il va basculer dans l’âge d’homme au fil d’un été. Tout au long de cette histoire qui se déroule dans la maison des grands-parents maternels où il aura passé des années durant l’essentiel de ses étés, le dernier en 1964, on pense souvent à Pagnol. La Touraine n’est certes pas le midi de la France, mais tout de même, quelque chose dans cette évocation d’une vie de famille provinciale nous le rappelle. D’ailleurs, à un moment, un des membres de la maisonnée (le papy mordu de « machines modernes », la téloche, le téléphone, la radio, éléments de la transition électronique en cours…) lance pour rire : « On se croirait chez Pagnol », parce que quelqu’un imite les galéjades de Fernandel… Entre Dédé, « un peu fou-fou » depuis son retour de la guerre d’Algérie, la grand-mère toquée de « psychologie astrale », l’attirante Marie-Claire ou l’évanescente voisine Charlotte, le jeune protagoniste cherche sa place dans le monde, sur fond de suspicion… d’empoisonnements imaginaires (clin d’œil de l’auteur à son côté praticien du polar). Son corps lui envoie des signaux déstabilisants dans une période qui elle-même émet des signes de profonds changements.
Tendrement, et non sans une certaine nostalgie, Pierre Filoche traduit bien l’éveil au désir de ce tout jeune homme à une époque où les différences entre les générations vont bientôt s’accuser. Très simplement écrit, ce roman qui a le charme d’une chronique sociale remonte donc le temps, le temps d’un été, avec en bande-son les ritournelles entêtantes de Claude François et le ronronnement d’une Peugeot 403.

A. D.

Ce bel été 1964, de Pierre Filoche
Serge Safran éditeur, 190 pages, 17,90

Ce bel été 1964, de Pierre Filoche Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €