La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Les Amis de Bernhard, d’Annemarie Schwarzenbach

juillet 2020 | Le Matricule des Anges n°215 | par Yann Fastier

Jeune pianiste doué, Bernhard est un ange blond de 17 ans, le soleil autour duquel gravite toute une bohème plaqué or, mi-étudiante, mi-artiste. « On ne peut pas ne pas aimer Bernhard », dit d’ailleurs l’un de ces fameux amis, dont on suivra la trajectoire de Berlin à Paris et à Lugano. Trajectoires excentriques, qui ne cessent de se croiser, de s’échanger, de se rattraper : c’est Inès, protectrice attitrée de Bernhard et bon génie de la bande qui, rencontrant Christina, fait aussi la connaissance de son frère, Léon, dont s’éprendra le velléitaire Gert, tandis qu’à Paris, entre la fréquentation de Charles et de Ferdinand, Bernhard se place sous la protection du mystérieux Gérald, dont la trouble prédilection pour les très jeunes gens conserve à ce petit roman de 1931 un parfum légèrement opiacé de 1920.
Inutile de le nier, le premier et, en somme, l’unique roman d’Annemarie Schwarzenbach, ne reflète en rien l’âme incandescente de celle qui deviendra « l’ange inconsolable » de Roger Martin du Gard. Maladroit lorsque la jeune auteure, se changeant en drone, explicite un peu lourdement ses intentions, il agace à force de larmoiements et d’atermoiements, tout comme par son esprit de sérieux, sans commune mesure avec les vains émois de ce petit monde invariablement replié sur son nombril.
Mais peut-être, au fond, faut-il le lire comme un adieu. Un adieu précoce à l’adolescence, au visage « pur comme ceux des fils de rois », alors qu’Annemarie Schwarzenbach, aux côtés de Klaus et Erika Mann, milite déjà contre le nazisme avant de trouver sa véritable voie dans le reportage engagé et dans un « usage du monde » avant la lettre, alors qu’un vent mauvais se lève qui, bientôt, balaiera cette belle jeunesse, tandis qu’une mère « tend ses mains émaciées vers le ciel d’un geste accusateur, son visage sombre (…) comme un masque de momie. »

Yann Fastier

Les Amis de Bernhard, d’Annemarie Schwarzenbach
Traduit de l’allemand par Nicole Le Bris et Dominique Laure Miermont,
Libretto, 172 pages, 8,10

Les Amis de Bernhard, d’Annemarie Schwarzenbach Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°215 , juillet 2020.
LMDA papier n°215
6.50 €
LMDA PDF n°215
4.00 €