La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Bobine magique

février 2021 | Le Matricule des Anges n°220 | par Chloé Brendlé

Par instants, la vie n’est pas sûre

Parfois nous touche la grâce d’un titre, sa flèche juste et inattendue. Par instants, la vie n’est pas sûre. Il est paru en septembre aux éditions P.O.L. De Robert Bober, on connaissait le documentaire Récits d’Ellis Island (1978-1980), tourné en compagnonnage avec Georges Perec, et la bouille ronde comme contenue dans son nom et prénom. Par instants, la vie n’est pas sûre donne à voir l’étendue de la vie d’un homme, qui sur sa carte d’identité a longtemps porté « Réfugié provenant d’Allemagne, apatride d’origine polonaise », a été apprenti tailleur avant de devenir assistant de Truffaut puis réalisateur de documentaires, dont plusieurs liés à la mémoire des identités juives après la guerre, mais aussi d’une série d’émissions littéraires, aux côtés de la grande figure de la télévision Pierre Dumayet, interviewer des Lectures pour tous. C’est à lui, décédé il y a dix ans, qu’est adressée la lettre d’amitié que l’on tient entre nos mains. De même que Robert Bober dit préférer « (lui) parler plutôt que de parler de (lui) », il préfère relayer la parole des autres, et qu’elles parlent pour lui, Robert Bober. Aux souvenirs de la série animée par Pierre Dumayet « Lire c’est vivre », se greffent des rencontres (magnifique évocation de Schwartz-Bart, de Duras, de tant d’autres), des citations (déclarations de liberté d’Erri de Luca, du Prévert d’ « Étranges étrangers », du journal d’un ornithologue, Jacques Delamain, pendant la Grande Guerre, de tant d’autres) et des photos bouleversantes, comme la première, celle des pages d’un ouvrage annoté par le grand rabbin de Genève, Alexandre Safran. Alors c’est l’ouverture d’esprit d’un autodidacte humble, généreux, passionné, qui est révélée, et la réaffirmation de la nécessité vitale d’être trouvés par des textes qui nous touchent, « Pas comme une bonne action touche, non. Comme une main touche une nuque ou une autre main. » Son livre est ce baume.

Chloé Brendlé

Par instants, la vie n’est pas sûre
Robert Bober
P.O.L, 341 pages, 21,90

Bobine magique Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°220 , février 2021.
LMDA PDF n°220
4,00 €