La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’Obole et autres recueils

février 2021 | Le Matricule des Anges n°220 | par Éric Dussert

Tandis que la revue Brèves consacre sa 117e livraison aux « micro-nouvelles chinoises » (Mo Yan, Lu Xun, Ling Dingnian), Le Miel des anges propose la traduction d’un nouvel ensemble de celles du Grec Ilias Papadimitrakopoulos après Bains de mer chauds (2020). Il n’a pas été surnommé le « maître de la petite forme » pour rien celui qui a déclaré vouloir écrire « avec la sobriété et le sens dramatique d’une inscription funéraire ». Cela le rapproche du Fénéon des Nouvelles en trois lignes, ou, pour ce qui concerne la longueur de ses textes, du Max Aub des Crimes exemplaires. Avec un usage aussi modéré que possible des effets littéraires – un peu d’ironie toutefois –, il livre anecdotes ou souvenirs, peignant en deux pages un tempérament, une émotion ou un destin. Tragiques, vous l’aurez deviné.
Comme l’écrit Michel Volkovitch, Papadimitrakopoulos est un « miniaturiste minutieux camouflé en peintre d’esquisses nonchalantes ». Et les trois recueils réunis ici démontrent à merveille comment un échange badin, une discussion météorologique peuvent amener à raconter un drame, combien de passages par la caserne confinent à un aboutissement… Ex-médecin militaire, Papadimitrakopoulos en sait quelque chose. Et il survient tant de suicides dans tant de familles… Délicat toujours, il évoque souvent sa mère, des aveugles (dont sa grand-mère maternelle) et son ami le défunt poète Tákis Sinópoulos, témoins de ce que le temps emporte tout ce à quoi on tient. Avec son compatriote Yannis Pavalos qui nous a donné Blague (Quidam, 2020) en plein début de pandémie, Papadimitrakopoulos partage néanmoins une fantaisie qui confine à la malice, un humour inopiné tranchant par surprise dans les conventions des boutonnières salutaires contre la mélancolie. Ainsi que lui lance son ami Tákis : « Tu as vieilli, mais tu ne renonces pas à tes conneries. » Une œuvre majeure à découvrir.

Éric Dussert

L’Obole et autres recueilsBR />
Illias Ch. PapadimitrakopoulosBR />
Traduit du grec par M. Volkovitch et H. ZervasBR />
Le Miel des anges, 152 p., 12

L’Obole et autres recueils Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°220 , février 2021.