La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Melancolia, de Mircea Cartarescu

février 2021 | Le Matricule des Anges n°220

D’Orbitor à Solénoïde, les univers mis en place par Mircea Cartarescu relèvent le plus souvent d’une fantasmagorie fortement teintée de rêve éveillé, où le réel, lâché par la physique, n’est qu’une pâte malléable à l’envi, selon les états d’âme de personnages à l’intériorité tourmentée. En trois nouvelles encadrées de deux apologues, Melancolia ne fait pas exception, tout en s’attachant plus particulièrement aux métamorphoses rarement joyeuses de l’enfance. Dans tous les cas, les enfants sont seuls. Sa mère partie faire une course, l’un d’eux se croit abandonné et vit d’une vie ralentie dans l’appartement vide avant de littéralement s’échapper sur la passerelle du rêve. Marcel et Isabel, frère et sœur fusionnels, affrontent leurs terreurs seuls dans leur chambre et jusqu’au sacrifice ultime. Quant à Ivan, 15 ans et mal dans sa peau (il en change d’ailleurs régulièrement, comme tous les garçons, et garde ses mues sur un cintre dans l’armoire), ce sont les mystères féminins qu’il affronte au fil d’un récit dans lequel on soupçonne un autoportrait de l’auteur en jeune poète qu’il fut – qu’il est toujours, en témoignent de bien belles trouvailles, comme cette jeune fille se glissant, nue, à l’intérieur de l’une des peaux du garçon, et d’autres d’aussi bon acabit. Presque trop : érigé en système, le fantasme perd de sa puissance et le trouble que l’on ressent parfois (lorsque le texte, notamment, passant brusquement au « tu », paraît se tourner vers le lecteur) se trouve contrecarré et comme lissé par une perfection un peu froide et non exempte d’esbroufe.
À ce titre, plus qu’à Léon Spilliaert, dont un tableau orne la couverture, on penserait plutôt au Pop Surrealism d’un Mark Ryden ou d’une Marion Peck, dont les enfants tristes sont, eux aussi, marqués du « lourd sceau de la mélancolie ». On y consent ou non, selon l’humeur, libre, certes, de se laisser embarquer dans ce voyage un peu trop bien organisé ou d’admirer de loin le métier de l’auteur.

Yann Fastier

Melancolia
Mircea Cartarescu
Traduit du roumain par Laure Hinckel
Noir sur blanc, 200 pages, 19

Melancolia, de Mircea Cartarescu
Le Matricule des Anges n°220 , février 2021.
LMDA PDF n°220
4.00 €