La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Mort dans le jardin de la Lune

juin 2021 | Le Matricule des Anges n°224 | par Yann Fastier

Mort dans le jardin de la Lune

C’était trop beau, et la déception est à la hauteur de l’attente. Sur le papier, tout s’annonçait pourtant bien : une « brigade nocturne » chargée d’élucider les crimes impossibles dans le Paris des années 20, des monstres, des surréalistes, de belles sorcières et une mystérieuse amulette, tous les ingrédients semblaient réunis pour consacrer l’alliance du rêve et du feuilleton, si souvent désirée par lesdits surréalistes (cf. La Ballade de Fantômas de Robert Desnos, les livres de collages de Max Ernst ou l’intérêt de Breton pour le Grand-Guignol…) Bien sûr, l’idée n’était pas tout à fait neuve mais, depuis Eugène Sue et Paul Féval jusqu’au Paris des Merveilles de Pierre Pevel en passant par La Brigade des Maléfices, Paris est un réservoir de mystères suffisamment vaste pour accueillir sans ronchonner tout nouvel impétrant. Venant de l’auteur des Minutes noires et de N’envoyez pas de fleurs, celui-ci ne manquait pas de recommandations et, pourtant, Mort dans le jardin de la lune déçoit. Moins, certes, que l’irritant Quatorze crocs, dont il est la suite directe et qui virait trop souvent au surréalisme pour les nuls, mais tout de même : titulaire d’une thèse en Sorbonne, Solares connaît bien son sujet et tend à le faire savoir de manière un peu vaine, multipliant à l’envi références et rencontres opportunes à la manière d’une sorte de tour operator littéraire. Si l’on y ajoute la platitude des dialogues, un narrateur perpétuellement dépassé par les événements auquel on peine à s’attacher et une trame trop lâche pour ne pas paraître improvisée, il ne reste plus grand-chose à sauver, sinon quelques belles inventions, tel ce comte de Monte-Cristo, quelque part entre Maldoror et Nosferatu et, surtout, une ambiance qui – ce n’est pas lui faire injure – rappellera les univers d’un Joann Sfar ou d’un David B. Ce qui, en soi, suffit à ne pas complètement désespérer du troisième tome.

Yann Fastier

Mort dans le jardin de la Lune
Martín Solares
Traduit de l’espagnol (Mexique) par Christilla Vasserot
Christian Bourgois, 269 p., 22

Le Matricule des Anges n°224 , juin 2021.
LMDA papier n°224
6,50 €
LMDA PDF n°224
4,00 €