La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Rodmoor

juin 2021 | Le Matricule des Anges n°224 | par Éric Dussert

Avec la reparution de Rodmoor, le grand roman de John Cowper Powys (1872-1963), Patrick Reumaux voit ses efforts de traducteur justifiés par le temps. Devant la force de son évidence, l’œuvre de l’Anglais accueille un lectorat toujours plus dense. Construction gigantesque, précise, prenante comme la plupart des romans de Powys, Rodmoor (1916) apparaît comme une tentative syncrétique de projeter les êtres dans la matière du monde, obéissant aux lois d’une cosmogonie personnelle, architecturée par les sévères névroses de leur auteur, obsessionnel et terriblement angoissé. Indices de la variété des éléments qui ont été fondus pour forger Rodmoor, ode à la lande d’East Anglia, dont le nom un peu sinistre n’est pas sans rimer avec Nevermore et finirait même par rappeler Rosebud… Étudiant l’état d’esprit de son personnage principal, Adrian Sorio, son alter ego venu d’Amérique qui passe d’un comportement mondain à des crises de démence, Powys enregistre la tragédie qui couve sous le ciel gris de ce bord de mer. Là, sans fin, les vagues battent la côte comme un avertissement sourd à l’attention d’une petite communauté soumise à l’influence oppressante de cet environnement. « Nance jeta un coup d’œil au-dessus du parapet et, dans l’état dépressif où elle se trouvait, se vit noyée, dérivant, face vers le ciel, dans le courant. »
Powys songeait à Emily Brontë en tressant ce livre de la lande où la grisaille, l’humidité et la solitude empoignent les personnages déjà ballottés dans le grand remue-ménage des marées incessantes. La mer, avec son « murmure bas, tiré des profondeurs, monotonement réitéré et d’une monotonie menaçante » détermine les mouvements de ces êtres tendus vers une résolution de leur vie, détruisant au passage toute possibilité de bonheur… Powys offre avec Rodmoor un chef-d’œuvre du roman psychologique anglais, une marqueterie magistrale où sa subtile perception de l’originalité chaotique des êtres sonne d’imparables glas annoncés par les éléments.

Éric Dussert

Rodmoor
John Cowper Powys
Traduit de l’anglais par Patrick Reumaux
Le Bruit du temps, 464 pages, 25

Le Matricule des Anges n°224 , juin 2021.
LMDA papier n°224
6,50 €
LMDA PDF n°224
4,00 €