La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Moteurs, de Hervé Brunaux

juillet 2021 | Le Matricule des Anges n°225 | par Guillaume Contré

Moteurs annonce le titre : « on the road / again / a plaisanté JP / la ferme / a répondu / Tommy ». On avance donc, sur la route peut-être, le paysage défile : « le ciel / se méfie de / nos grappins / l’horizon / a pris / la fuite / à la première / bretelle / de l’échangeur ». Plus loin, « l’autoroute / a fondu / sous des ponts ». Les vers sont courts, réduits à leur essence, ils forment une colonne au centre de la page comme si le poème défilait devant nos yeux sur une bande transporteuse horizontale ou comme une ligne blanche qui file droit sur le goudron. Il y a, dans ce poème-livre d’Hervé Brunaux, une idée de vitesse, de télescopages de sensations qui n’ont pas le temps de s’exprimer complètement ou sont passées trop vite : « la ligne de linge / un merle / invisible / l’air est muet / si les oiseaux / ont disparu / que nous reste-t-il / à écrire / la ligne brisée / l’heure / est venue ». Le lyrisme y est compacté, le lecteur comblera les trous et s’efforcera de voir lui aussi le paysage par la vitre : « le regard / de JP sur / le glacier / la montagne / redevenue / lourde / l’air sent / la menthe et / la charogne ». On passe d’un lieu à l’autre, d’une suggestion à l’autre, en voiture, au camping, sur le bord de la route. Ça roule, il y a des embardées et puis des pauses parfois, ce que le poème reproduit dans sa forme même : la bande transporteuse principale défile sur l’asphalte du centre de la page et quelques apartés oraux (fragments rapportés de dialogues/ blagues/plaintes/luttes entre les divers personnages) s’invitent sur la droite. Régulièrement, comme autant d’aires d’autoroute au milieu du néant, le défilement du poème s’interrompt pour laisser place à une voix plus introspective : « J’ai cherché la parole verticale. Je n’ai trouvé que la plainte du temps. Putain de jérémiade tel un fidèle acouphène. Puissions-nous redevenir. Puissions-nous. Seuls peut-être ». Redevenir ou continuer d’avancer, coûte que coûte : « il est temps / de fuir / la mémoire / il est temps / de laisser les / enfances / nues / collées / au fond / des verres ».

Guillaume Contré

Moteurs,
Hervé Brunaux
Dernier télégramme, 64 pages, 10

Moteurs, de Hervé Brunaux Par Guillaume Contré
Le Matricule des Anges n°225 , juillet 2021.
LMDA PDF n°225
4,00 €
LMDA papier n°225
6,00 €