La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Pic vert, à la folie

septembre 2021 | Le Matricule des Anges n°226 | par Catherine Simon

À quoi voit-on qu’un garçon de 18 ans est en train de devenir fou ? On ne le voit pas. Sylvain Breuil, c’est son nom, a compris « très tôt », lui dont la mère est morte « en couches », en le mettant au monde, et dont le père, incapable de surmonter la douleur de ce deuil, sombre dans la démence, « qu’il lui fallait se prémunir contre les multiples périls qui menacent la vie des humains et particulièrement la sienne, commencée dans de tragiques circonstances ». Fils unique, le jeune Sylvain a grandi quasi orphelin et fichtrement déboussolé. Personne, ni son oncle Roger, ni son ami Stanislav, ni la tendre Françoise « aux yeux de pluie », ne sauront mesurer à quel point.
Comment sauver sa peau, échapper à la malédiction familiale ? D’un naturel sauvage et renfermé, Sylvain travaille en secret à se rendre invulnérable, voire immortel. Dès l’entrée du récit, un oiseau lui donne la clé : le pic vert, découvre-t-il lors d’une visite guidée, quand il fore les arbres, « enroule sa langue autour de son cerveau pour le protéger contre les trépidations ». Cette phrase est une « révélation » pour Sylvain Breuil. Le pic vert devient son modèle, son obsession. Tout est bon, désormais, pour alimenter son délire volatile, nourrir ses hallucinations, l’amener à fuir la vie, l’amour, son propre corps et à s’emmurer, sans qu’il s’en doute, dans une nuit sans retour.
Les oiseaux, la forêt et le village de Cronce, en Auvergne, « un pays de nulle part, ravitaillé par les corbeaux », sont des thèmes récurrents dans l’œuvre poétique de Chantal Dupuy-Dunier. On les retrouve dans La Langue du pic vert, son premier roman, un récit formidable de noirceur, d’empathie et de délicatesse, où l’on suit, pas à pas, s’enfonçant dans les bois et les champs, guettant l’apparition des pics verts qui traversent les murs du salon, cet étrange jeune homme à peine sorti de l’adolescence, et qui finit, à l’insu de tous, par se prendre pour un oiseau. Un livre rare, dur, lumineux.

Catherine Simon

La Langue du pic vert, de Chantal Dupuy-Dunier, La Déviation, 286 pages, 20

Pic vert, à la folie Par Catherine Simon
Le Matricule des Anges n°226 , septembre 2021.
LMDA papier n°226
6,00 €
LMDA PDF n°226
4,00 €