La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Thierry Hesse
Résoudre l’énigme

octobre 2021 | Le Matricule des Anges n°227 | par Thierry Guichard

En six romans, Thierry Hesse a dessiné un archipel romanesque où l’écriture sert de mode d’investigation. Comme un enquêteur, l’écrivain interroge ce qui échappe à notre compréhension du monde et de soi-même.

On pensait le questionner d’abord sur son nouveau roman. Remonter ensuite vers la source. Mais l’écriture chez Thierry Hesse n’est ni un long fleuve tranquille, ni une voie de chemin de fer où les gares auraient pour noms les titres de ses six romans. C’est un peu même comme si chacun de ses livres contenait les cinq autres et que tous suivaient une même quête dans des directions fictionnelles bien différentes. Entretien sans QR code, réalisé par mails successifs donc.

Le fait divers, la géographie, la filiation, la famille, l’Histoire : vos romans brassent chacun des univers différents, voire des styles différents. Comment s’inscrit Une vie cachée dans l’ensemble de votre œuvre ?
Plutôt que de parler d’« œuvre », je préfère voir dans mes six romans, écrits sur une vingtaine d’années, une sorte de « déploiement ». Je crois que le psychisme des romanciers s’organise en général autour d’une obsession. Si je me penche un peu sérieusement sur mes livres, j’ai l’impression que, derrière la diversité des sujets, des univers ou des styles, se trouve une préoccupation semblable. Une histoire « originelle » qui ressemblerait à ceci : une chose nous a été dissimulée ; nous avons besoin de la connaître si l’on veut continuer à vivre ; pour la découvrir, il nous faut mener une enquête. Cette enquête, en outre, a souvent un rapport, de près ou de loin, avec la question de la filiation. Filiation paternelle, maternelle, mais aussi culturelle, sociale, historique…
Ainsi dans mon premier livre, Le Cimetière américain, qu’on peut considérer comme un roman noir, je raconte un fait divers dans une vallée ouvrière des Vosges dévastée par le déclin de l’industrie textile. Une adolescente, Reine, a disparu au cours de l’hiver. Son corps sera retrouvé après la fonte des neiges mais rien, en réalité, ne sera apaisé ni résolu. La lumière crue des médias sur ce « petit drame de sang » empêche de regarder ailleurs et de faire cas d’une société effondrée. La mort de Reine n’est qu’un symptôme. Mon narrateur ressemble ici à un détective épris de justice qui cherche moins à découvrir un coupable qu’à tenter de ressouder le passé et le présent d’une communauté en crise.
Dans les romans suivants, les territoires que j’explore sont, c’est vrai, chaque fois différents (même s’il s’agit presque toujours de territoires de l’Est : les Vosges, le Jura, la Russie, Metz, la Meuse, l’Allemagne…) ; chaque fois aussi, l’histoire nouvelle qui prend forme impose des harmonies spécifiques, un certain rythme, une certaine façon de jouer ma partition – et donc un style. La question du style est d’abord pour moi la manière personnelle que j’ai d’intensifier mes vécus et mes intuitions. C’est aussi ce qui peut naître d’une expérience suffisamment forte pour qu’elle soulève la langue commune. Ainsi les images de ma mère malade dans un hôpital de Metz, mêlées au souvenir fulgurant d’un lac jurassien, lieu mythique d’un bonheur d’enfance, ont eu...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°227
6,50 €
LMDA PDF n°227
4,00 €