La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La Stupeur

avril 2022 | Le Matricule des Anges n°232 | par Thierry Guinhut

Publié de manière posthume, La Stupeur est le dernier des romans d’Aharon Appelfeld (1932-2018). Celui qui connut enfant l’enfer d’un camp nazi et s’en évada, ne peut que revenir sur les terres de l’antisémitisme le plus furieux, parmi les décombres de l’Histoire, et plus précisément en Ukraine au début des années 1940. Cette fois notre romancier convoque une curieuse héroïne. Elle s’appelle Irena. La femme a perdu ses vaches et il ne lui reste qu’un brutal mari. Découvrir l’épicier juif et sa famille « alignés » devant le gendarme Ilitch la révolte. Buté, celui-ci répète que les Allemands « sont le symbole de la culture ». Les villageois pillent la maison en attendant l’assassinat qui ne manque pas de se produire.
La « stupeur » d’Irena face à la violence allemande et paysanne, face aux pancartes proclamant « Zone nettoyée de ses Juifs », face à l’antisémitisme assumé de la population, ravive son désir de voyage vers la « Tante Yanka » et les montagnes. Cette dernière avait aimé un étudiant juif, répétant : « Jésus était juif ». Mais ne s’agit-il pas d’« un territoire qui n’était pas le sien » ? Comment alors, au-delà de la prière et des icônes, donner un sens à sa vie ?
C’est ainsi qu’après la mort de son mari Anton, dans une bagarre, elle va trouver sa liberté et « servir la sainteté ». Mieux encore, elle va mener une errance prophétique, prêchant sur les chemins et dans les auberges, insultée, frappée par les hommes, mieux comprise par les femmes, en particulier les prostituées. Comme pour racheter l’impardonnable. Le récit, intensément réaliste, tragique, est émouvant. Aharon Appelfeld sait donner à sa parabole sur la culpabilité une profonde humanité, une portée universelle. Au travers de personnages simples, l’Histoire et la métaphysique affleurent dans toute leur acuité.

Thierry Guinhut

La Stupeur
Aharon Appelfeld
Traduit de l’hébreu par Valérie Zenatti
L’Olivier, 256 pages, 22

Le Matricule des Anges n°232 , avril 2022.
LMDA papier n°232
6,50 
LMDA PDF n°232
4,00