La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel 04 67 92 29 33
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Feuilles de langues romanes

septembre 2023 | Le Matricule des Anges n°246 | par Jérôme Delclos

Feuilles de langues romanes

Hosas des lenguas romanas : fond de tiroir ou plutôt d’une malle où est retrouvé en 1976 ce cahier que Pasolini commence en août 1945, trois ans après son premier livre Poèmes à Casarsa écrit en frioulan. Dans cette plaquette, six pages du manuscrit, son écriture appliquée dans les petits carreaux. Hosas ? Ou « Hojas », « Feuilles » en espagnol ? Résolument « Hosas » qui n’y existe pas : douze poèmes dans une langue bricolée par l’écrivain à partir d’autres, « romanes ». Avec une dominante espagnole – on pense à Juan de la Cruz ou à des cansos, des trobars – mais aussi le latin, l’italien, le génois, le frioulan, le provençal, le français. Un remake de la lingua franca, cet esperanto parlé au Siècle d’Or dans les ports de la Méditerranée. Jusque chez les Turcs, et on le lit dans le Journal de l’Amiral british Samuel Pepys, et même encore dans celui de Stendhal pour chuchoter « la cosa » – le sexe.
L’édition se présente avec le texte original à gauche, pour exemple celui de « La Tila » ; en bas de page, sa traduction italienne en prose fournie par Pasolini, « Il Tiglio » ; et à droite le français, « Le Tilleul ». Tout l’intérêt du dispositif est de permettre la circulation entre les trois versions. Le premier vers de ce poème : « Roja la luna jaharra » ; « Rossa la luna intonaca » ; « Rouge la lune couvre ». Nocturne, la V.O. rauque et âpre.
Sur les pas de Gramsci, Pasolini a défendu les dialectes, « la langue vulgaire » disait-il – du peuple et détruite par l’industrie, le pouvoir centralisateur, la télévision. Ici, le poète invente son idiolecte pour que chantent « les affections mortes », « Los afiectos muertos cantan » écrit-il dans « Forzosa », « Forcé ». C’est un rêve de gosse : « Yo cogo la pluma/ y escribo como diez años », « J’attrape la plume/ et j’écris comme à dix ans ». Soudain « un zoquete », plus sec que « una scheggia », une écharde. Le clairon de l’origine, qui sonne.

Jérôme Delclos

Feuilles de langues romanes
Pier Paolo Pasolini
Traduction d’Isabelle Checcaglini & Étienne Dobenesque
Ypsilon, 37 pages, 13

Le Matricule des Anges n°246 , septembre 2023.
LMDA papier n°246
6,90 
LMDA PDF n°246
4,00