La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel 04 67 92 29 33
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Sous la cendre

octobre 2023 | Le Matricule des Anges n°247 | par Yann Fastier

Le Vieil Incendie

Deux sœurs se retrouvent en Dordogne pour vider la maison familiale à la suite du décès de leur père. Agathe est scénariste et new-yorkaise d’adoption. Partie très jeune aux États-Unis, elle revient au pays pour la première fois depuis longtemps, se remet mal d’une fausse couche et n’aime pas spécialement être là, face à Vera, la sœur aphasique qui a grandi sans elle et qu’elle ne connaît plus.
Après Vladivostok Circus (Zoé, 2020) on ne retrouve pas sans plaisir la voix discrète d’Élisa Shua Dusapin dans le concert toujours un peu tonitruant de la rentrée littéraire. Une voix dont la justesse surprend tant le thème, a priori rebattu, pouvait susciter de méfiance. Or, loin des clichés, elle en tire un récit à la fois riche et personnel, évitant les pièges en douceur et se dispensant de recourir aux pénibles paroxysmes des règlements de comptes familiaux. On ne hausse guère le ton, chez Élisa Shua Dusapin, on ne casse pas trop la vaisselle : la catharsis, plutôt qu’imposée, advient presque naturellement, à force de persuasion, pour ainsi dire. Plutôt que champ de bataille, le roman se fait alors point de rendez-vous, où tout fait sens et conspire à réparer la relation d’Agathe et de Véra, mise à mal par la fuite permanente d’une narratrice aux phrases trop brèves pour n’être pas suspectes. Traîtresse à son serment d’être « toujours là » pour sa sœur handicapée, Agathe doit accepter de se confronter à elle-même pour se redécouvrir enfin féconde, dans une forme de renaissance, à la façon dont les vieilles pierres de la bicoque paternelle serviront à rebâtir un pigeonnier jadis ravagé par les flammes. De ce « vieil incendie » personne ne sait rien, sinon peut-être le défunt père, véritable clef de voûte du roman et passeur, par ses histoires et son érudition, de bon nombre d’autres mystères. Baignant dans une belle lumière automnale, ce roman du souvenir et du pardon est aussi celui d’une résurrection.

Yann Fastier

Le Vieil Incendie, d’Élisa Shua Dusapin, Zoé, 140 pages, 16,50

Sous la cendre Par Yann Fastier
Le Matricule des Anges n°247 , octobre 2023.
LMDA papier n°247
6,90 
LMDA PDF n°247
4,00