La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Vents d'ailleurs

A propos

Courants d'air chaud Fondée en 1999 par Jutta Hepke et Gilles Colleu, sous le soleil de Provence, Vents d’ailleurs se tourne vers des rivages littéraires moins fréquentés : l’Afrique, l’Amérique noire, et surtout Haïti. Pour faire circuler d’autres imaginaires et quelques idées. En 1983, Gilles Colleu et Jutta Hepke suivent tous les deux une formation aux métiers du livre à Villetaneuse. Pour des raisons différentes. Le premier est passionné d’électronique. Il venait de fabriquer un ouvrage « mal fichu » sur un semblant d’ordinateur, et pariait sur l’avenir de l’informatique éditoriale. La seconde, née en Allemagne, qu’elle quitte en 1978, terminait sa maîtrise de lettres à Strasbourg, et rêvait du catalogue Maspero, « une référence intellectuelle », fer de lance des luttes anti-coloniales. Les étudiants fourbissent leurs armes. La rencontre avec Jean-Marie...
octobre 2010
Le Matricule des Anges n°117

Ouvrages chroniqués

Les Affres d’un défi
de Frankétienne
2010
Au-delà du récit d’un village haïtien aux prises avec les sortilèges, Les Affres d’un défi de Frankétienne entonne le chant, sombre mais cathartique, d’un peuple asservi. En 1975, Frankétienne publie son premier roman en créole paysan : Dézafi (Vents d’ailleurs, 2002). Davantage qu’une simple traduction en langue française, Les Affres d’un défi (Éd. Henry Deschamps, 1979 ; Jean-Michel Place, 2000) constitue une véritable réécriture de ce texte fondateur de la littérature haïtienne. Texte dont chaque nouveau livre - que ce soit Ultravocal, œuvre-limite recensant les blessures d’un peuple soumis à l’obscurantisme et à l’autoritarisme, ou bien les volumes des Métamorphoses de l’oiseau schizophone - semble propager l’inaliénable cri d’une possible délivrance. ...
Jérôme Goude
juin 2010
Le Matricule des Anges n°114
Banal oubli
de Gary Victor
2008
Roman mêlant divagation onirique, virée picaresque et enquête policière, Banal oubli du Haïtien Gary Victor pénètre les mécanismes du mensonge, quel qu’il soit, littéraire ou historique. Doté du flegme d’un « bon limier », un brin allumé, Pierre Jean s’abîme dans les affres d’une improbable quête. Une femme malintentionnée aurait subtilisé son « moi » au hasard d’une rencontre dans un bar de Port-au-Prince. Prêt à tout pour recouvrer ce qui lui revient de droit, il se décide à battre la campagne. D’aller là où s’animent d’inquiétantes entités (les vèvès), et où folâtrent étrange parente, zombi et Baron Samedi (dieu vaudou des cimetières). De retour dans la capitale, Pierre Jean s’attelle à l’écriture de Banal oubli, consignant ces aventures sous les traits d’un personnage...
Jérôme Goude
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98
D' un pur silence inextinguible
de Frankétienne
2004
Apôtre d’une littérature totale, Frankétienne invente une langue vertigineuse pour dire la sombre réalité de l’île. Un pays qui s’enfonce un peu plus tous les jours dans le chaos et la violence. La misère et l’analphabétisme érigés en symboles éternels de la nation. Des maisons d’édition inexistantes. Des écrivains sans lecteurs qui pourtant publient (le plus souvent à compte d’auteur). C’est tout le paradoxe d’Haïti. En tête de ces écrivains qui font de la création un geste insurrectionnel et de la fange une matière littéraire, Frankétienne, romancier et poète, infatigable inventeur de mondes, dynamiteur de langages hors pair. En 1968, il fonde avec René Philoctète et Jean-Claude Fignolé, un étrange...
Emmanuel Favre
juillet 2004
Le Matricule des Anges n°55