La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Chloé Brendlé

Message Envoyer un message

Chloé Brendlé

Articles

Connemara

de Nicolas Mathieu
Malgré nous Dans Connemara, Nicolas Mathieu saisit deux quadras à la croisée des chemins. Et ambitionne de tracer une épopée acidulée des classes dites moyennes entre deux siècles. Connemara c’est Sardou et c’est aussi Cornécourt, une petite ville fictive des Vosges, où se sont croisés Hélène Poirot et Christophe Marchal au temps dilaté de l’adolescence. L’un est resté, l’autre est partie ; quelque vingt ans plus tard, elle revient, la réussite familiale et sociale de surface en plus – ils se revoient. À partir de ce scénario de romance et de l’image rose-bleutée de couverture, Nicolas Mathieu nous embarque. Tour à tour dans la peau de celle à qui « la colère (…) venait dès le réveil » et aux côtés de celui qui voit dans ses années de jeune espoir local du hockey...
mars 2022
Le Matricule des Anges n°231

Un hamster à l’école

de Nathalie Quintane

Décoller l’école

Avec son sens de la notation micropolitique et sa poétique de la découpe, Nathalie Quintane débite l’Éducation nationale en 48 morceaux de choix. Depuis le temps qu’on l’attendait. Le réquisitoire implacable qui dépieuterait le mammouth et ses trouffions, de ses ministres à ses professeurs. Cela commence presque en mode mineur : « - À la fin des années 70, je suis passée du 93 / au 95. C’est une histoire que je raconte souvent. » De Quintane, on avait lu récemment Les Enfants vont bien, antiphrase cruelle référant aux jeunes réfugiés,...
février 2021
Le Matricule des Anges n°220

Chemin faisant

Marie-Hélène Lafon écrit d’où elle vient et revient. Après ses portraits de grands solitaires dans Joseph ou Nos vies, elle renoue les fils d’une famille avec Histoire du fils, qui est aussi l’histoire d’une œuvre, entre appartenance et arrachement. Derrière le fils du titre de son nouveau roman, il y a les parents, absents mais bel et bien réels ; comment se construit-on dans le manque ? Comment un paysage à la fois géographique et familial imprime-t-il un caractère ? Comment invente-t-on sa vie ? Marie-Hélène Lafon s’attable pour retracer le parcours de ses personnages et le sien. La figure paternelle est présente dans votre...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217

Des saisons et des hommes

À travers quelques morceaux choisis de vies, Marie-Hélène Lafon esquisse les hasards d’une lignée au XXe siècle et ce que ce serait de transmettre, malgré tout. Un roman solaire et elliptique. Ça commence par le toucher, de petits pieds nus sur un parquet à l’aube, mi-joie mi-aguets, puis il y a les odeurs. C’est à Chanterelle, c’est une épiphanie et une chute. C’est un roman plus fragmenté que les autres. La narration oscille entre deux bords du siècle, un jour de printemps 1908 - un jour de printemps 2008, va et vient entre les deux en désordre, et à l’appui de plusieurs pays, du...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217

Fort intérieur

Dans Histoire du fils, son nouveau roman, Marie-Hélène Lafon remet sur le métier des figures familiales et le pays natal. L’occasion d’entrer dans son « terrier des villes » et de capter (un peu de) la profonde, singulière énergie qui anime ses textes depuis vingt ans. Elle a un « terrier des champs » et un « terrier des villes ». C’est dans le second qu’on la rencontre, situé dans le douzième arrondissement de Paris, quartier dont elle a fait la matière de Nos vies (2017). On s’attendait, comme l’héroïne de ce récit, Jeanne, à trouver une « exaltée à froid », austère et habitée. Quelqu’un qui passe à « La Grande Librairie » mais qui reste un peu hors du...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217