La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Guillaume Contré

Message Envoyer un message

Guillaume Contré

Articles

La Mesure de la Joie en Centimetres

de Arno Calleja
Fuite mystique Un garçon qui parle avec Dieu et une fuite d’eau qui s’empare d’un immeuble. Avec ces ingrédients, Arno Calleja construit un roman subtil, qui est d’abord un bel objet poétique. Si l’on peut dire de La Mesure de la joie en centimètres que c’est un roman, on peut aussi affirmer sans se tromper qu’il s’agit d’un poème ; un poème en prose, certes, mais la coupure du vers n’est pas le seul garant de la poésie, celle-ci peut aussi se révéler dans le cadre d’un récit tout à fait linéaire, presque un conte en l’occurrence, celui qui nous parle d’« un garçon mystique, grandement mystique », « seul avec des grandes forces cosmiques », auquel le narrateur rend régulièrement visite et de leur étrange amitié, faite de pudeur et de solitude partagée. L’histoire se déroule à...
octobre 2020
Le Matricule des Anges n°217

L’art de raconter

De l’Écosse aux îles Samoa, Robert Louis Stevenson est de ces écrivains qui auront porté haut et loin les couleurs de l’aventure. S’il est par antonomase le grand conteur de la littérature anglophone du XIXe siècle, il ne faudrait pas oublier la modernité de ses romans, de sa pensée et de son rapport au monde. Toute lecture digne de ce nom se doit d’être absorbante et voluptueuse. Nous devons dévorer le livre que nous lisons, être captivé par lui, arraché à nous-mêmes, et puis sortir de là l’esprit en feu, incapable de dormir ou de rassembler ses idées, emporté dans un tourbillon d’images animées, comme brassées dans un kaléidoscope. » Ces propos de Stevenson, qui ouvrent son essai À bâtons rompus...
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211

Pierre Sky l’enchanté

de Sébastien Smirou

Chant-contre-chant - Fonctions de la chanson dans les films de Nanni Moretti

de Pierre Sky

Mélancolie cinéphile

Deux livres fonctionnant en parallèle, entre fiction et essai, se penchent sur les chansons dans les films de Nanni Moretti et plus largement sur cet étrange baume au cœur qu’est la mélodie populaire. Un livre peut en cacher – ou en dévoiler – un autre. » Deux livres, signés de deux auteurs qu’on pourrait croire différents, publiés à quelque mois d’intervalle par le même éditeur, tendent de l’un à l’autre des ponts sensibles et réflexifs. Le premier, Chant-contre-chant, signé par un certain Pierre Sky, est un essai tout en finesse et digression sur la place du chant dans les films de Nanni...
février 2020
Le Matricule des Anges n°210

Bela Lugosi : biographie d’une métamorphose

de Edgardo Franzosini

Un acteur vampirisé

Comment le comédien Béla Blaskó, né à la fin du XIXe siècle dans ce qui était encore l’Autriche-Hongrie, est-il devenu Bela Lugosi, acteur américain incarnant mieux que personne une certaine idée de l’épouvante ? Ou mieux encore : comment en vint-il non seulement à jouer le comte Dracula au cinéma, mais à être celui-ci jusqu’au bout de ses ongles longs ? Voilà la question que s’est posée...
février 2020
Le Matricule des Anges n°210

Lettres à ses disciples argentins

de Witold Gombrowicz

Lettres à ses disciples argentins de Witold Gombrowicz

On connaît l’histoire : en 1939, Gombrowicz débarque à Buenos Aires pour un bref séjour qui s’étalera vingt-quatre ans. En 1963, il retourne en Europe au moment où « le cours de (s)es actions littéraires est à la hausse ». L’Argentine, pays « immature » par excellence, avait de quoi le séduire et, plutôt que l’intelligentsia – le fameux repas où il fut invité à la table de Borges ne fut pas...
janvier 2020
Le Matricule des Anges n°209