La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Pascal Paillardet

Articles

Coups de feu sur la ville Claude Mesplède lance les premiers titres de la collection « Noir urbain » (Autrement), qui passe au crible du polar la cité contemporaine. Dans la chambre noire du polar, où les bains ont l’odeur du sang, les tirages sèchent au cou des pendus. Dans ce laboratoire, l’écriture est une manière d’émulsion. « Le personnage central d’un roman noir joue le rôle d’un révélateur. Peu importe qu’il soit commissaire, détective privé ou agent immobilier, l’essentiel est qu’il soulève les coins du tapis pour montrer au lecteur que des mégots ont été cachés dessous. Dans un polar, le héros se penche derrière les rideaux, racle la poussière en quête des vérités enfouies ». Depuis sa découverte au début des années 1960 du roman noir...
juin 2004
Le Matricule des Anges n°54

Newstart 2.0TM

de Timothy Taylor

Stratégie picturale

Éparpillés à travers Rome, jalonnant les quartiers de la ville, les tableaux de Piero Talloni ressemblent à ces fanions épinglés sur une carte d’état-major. Œuvres d’un peintre octogénaire, un artiste méconnu happé par la célébrité après avoir brûlé ses toiles, ils surgissent chez un antiquaire, dans un atelier de scooters, une boucherie, un café… Rescapés de l’autodafé, ces tableaux...
janvier 2004
Le Matricule des Anges n°49

Le souffle de Mistral

Maillane, la maison de Frédéric Mistral abrite l’âme de la Provence. Et le souvenir incandescent d’un poète de langue d’oc dont l’œuvre se réchauffait à « la flamme divine de la poésie ». C’est un lézard au cœur de pierre, aux pattes figées dans l’éternité. Seule sa silhouette s’éveille de la torpeur. Elle flambe au soleil à l’heure brûlante qui grésille sur les toitures de Maillane, un village des Bouches-du-Rhône, à quelques kilomètres de Saint-Rémy-de-Provence et de Tarascon. Gravé sur la façade, un tercet de Frédéric Mistral orne ce cadran solaire qui paresse sous la...
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48

Joncour en place publique

L’esprit le plus hermétique aux subtilités de l’anagramme en conviendra : cinq ans après la parution de Vu, le premier roman de Serge Joncour, U.V. apparaît comme un clin d’œil. Au-delà, ce récit à suspense, remarquablement maîtrisé, est un étonnant polar psychologique. Rencontre avec un auteur qui a toujours vécu avec « l’arrière-pensée de l’écriture, avant même la littérature ». Pour le quidam craintif, l’hypothèse d’un coquart imminent transpire de ce gabarit. Mais Serge Joncour est un Viking en acier trempé qui avoue des bleus à l’âme. D’autres que lui, abusant du privilège, profiteraient de cette catapulte corporelle pour déranger le monde, jouer des coudes et des épaules. Serge Joncour s’abstient. C’est le genre d’homme qui ne fatigue guère la paille des chaises....
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48

La “ creaking door “

Le Hampshire est un terreau littéraire. De la maison natale de Charles Dickens à la demeure de Jane Austen, des sanctuaires honorent cette contrée célébrée par Keats et Shakespeare. C’est une maisonnette basse, rétrécie, comme essorée par le crachin britannique. Embusquée derrière un jardinet, suspendue à la corde à linge du 393, Old Commercial road, cette étroite demeure nécessiterait presque l’usage du chausse-pied. À Landport, dans la banlieue de Portsmouth, elle se recroqueville sur ses charmes pour raboter les hautes statures et rosser les lourds gabarits. Ses...
octobre 2003
Le Matricule des Anges n°47