La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Sophie Deltin

Sophie Deltin

Articles

Quand je serai grande je changerai tout

de Irmgard Keun
Promesse subversive Le regard d’insouciance miné par la révolte d’Irmgard Keun, écrivaine allemande à succès des années trente, méconnue en France. Dans Quand je serai grande, la narratrice, une enfant pétillante à l’imagination insatiable, accumule les bêtises et les infractions à l’ordre petit-bourgeois dont au fil des jours, elle démasque, mine de rien, les cécités et les lâchetés d’adultes. Dans cette chronique bien ancrée dans le contexte de la fin de la Première Guerre mondiale, à travers laquelle on peut déjà déceler les signes insidieux d’une société encline au conformisme et à l’inertie de la pensée, terrain idéal de tous les totalitarismes, la petite fille se heurte en premier lieu au moralisme hypocrite et misogyne de sa...
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185

Nous sommes

de Gila Lustiger

Bien vivants

Gila Lustiger réinvestit dans « Nous sommes » son nom et sa filiation à travers le portrait et l’histoire de sa famille. Avec pour figure principale son père, juif polonais déporté à 15 ans et rescapé d’Auschwitz. Chez Gila Lustiger, il y a, à l’impulsion du geste d’écrire, une force muette chevillée au corps l’héritage d’un silence qui depuis son enfance, s’est déposé en elle. Son nouveau roman se présente comme l’affermissement de ce vide innommé, redécouvert un jour d’automne, lorsque furetant dans une librairie parisienne, elle tombe par hasard sur un livre dans lequel son père, l’historien Arno...
octobre 2005
Le Matricule des Anges n°67

Le Métier de tuer

de Norbert Gstrein

À qui appartient une histoire ?

de Norbert Gstrein

Le métier d’écrire

Est-il possible d’être un observateur de la guerre sans être « fatalement impliqué » ? Peut-on rattraper les morts avec et par les mots ? L’écrivain autrichien Norbert Gstrein revient sur l’implosion des Balkans. Kosovo. Été 1999. Christian Allmayer, correspondant de guerre autrichien qui a couvert le démantèlement sanglant de la Yougoslavie, meurt dans une embuscade. Paul, son ami et journaliste en mal d’inspiration, s’empare alors de cet événement comme matière pour ce qu’il espère devenir son premier roman. « Obsédé par l’idée de faire quelque chose de cette histoire », il se remet en mémoire les...
septembre 2005
Le Matricule des Anges n°66

Lieutenant Sturm

de Ernst Jünger

Jünger, l’esprit combattant

Dans un petit récit publié en feuilleton dans un journal de Hanovre en 1923, l’écrivain allemand incise de sa plume les entrailles convulsives de la Grande Guerre. Un regard visionnaire au cœur de la dévastation. On connaît la réputation sulfureuse de l’écrivain allemand nationaliste Ernst Jünger, né à Heidelberg en 1895 et mort à Wilflingen en 1998, pour ses idées révolutionnaires conservatrices. Ce récit fait partie de la « littérature de guerre » et s’inscrit dans le cycle de jeunesse qui, de ses romans Orages d’acier (1920), Le Boqueteau 125 et Feu et Sang (1925), en passant par son essai La...
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65

Les Hommes mutilés

de Hermann Ungar

De chair et de viande

Stefan Zweig trouvait ce roman rebutant, Thomas Mann le portait aux nues. Hermann Ungar, écrivain tchèque, nous abîme dans les miasmes d’une humanité tyrannisée par des désirs terrifiants. Quand Hermann Ungar succombe à une crise d’appendicite aiguë le 29 octobre 1929, à seulement 36 ans, la littérature avait pourtant fini par devenir une nécessité vitale pour ce fils d’une famille d’industriels juifs, grièvement blessé durant la Première Guerre mondiale, et lancé plus tôt dans une carrière diplomatique. Peu considéré par les représentants du milieu littéraire pragois comme Max...
juin 2005
Le Matricule des Anges n°64