La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Humoresques ?

avril 2006 | Le Matricule des Anges n°72 | par Sophie Deltin

Histoires burlesques et grotesques

Faciles à lire, les histoires de l’Autrichien Alfred Kubin (1877-1959) sont d’une dérisoire simplicité. Puisant explicitement leur inspiration de souvenirs d’enfance, ces « nouvelles » sont marquées au coin des « polissonneries » et des « fredaines de jeunesse ». Certes, si les récits commencent comme un (trop) gentil livre d’enfant, ils basculent vite dans l’humour noir. Car chez un artiste profondément marqué par le pessimisme schopenhaurien, le tragique de l’existence se dit même, voire surtout, dans le rire qu’il soit grinçant, sauvage ou franchement ridicule. Ainsi le penchant récurrent pour le macabre et le morbide vire-t-il à la bouffonnerie de la farce. En écho manifestement à l’adolescent dépressif qu’il fut, Kubin présente souvent ses récits comme la mise en scène d’une irrésistible pulsion de mort qui, sous le masque de la fascination amoureuse (pour une morte dans « Le premier amour d’un enfant »), de l’ivresse jubilatoire ( « Ma première cuite ») ou de l’instinct de cruauté (contre un singe dans « Tip et Giovanni », et contre un cadavre d’enfant dans « Mimi »), gît en tout un chacun et finit par l’emporter sur ce qu’on appelle ordinairement la « raison ».
Pour autant, on est ici bien loin des fantasmagories et des métamorphoses débridées présentes dans L’Autre Côté, son roman fantastique publié en 1909 et qui influencera aussi bien Kafka, Jünger et les surréalistes, que le groupe du Cavalier Bleu auquel il appartenait. La tonalité y est beaucoup plus légère, et l’écriture sans éclat. C’est alors sans doute le Kubin-dessinateur qui redynamise le texte en montrant dessins à l’appui comment la dérive vers le grotesque ou le burlesque est toujours l’autre possibilité de la réalité, à laquelle mieux vaut, décidément, ne pas trop croire.

Histoires burlesques et grotesques d’Alfred Kubin - Traduit de l’allemand et présenté par Christophe David, Phébus, 160 pages, 13,50

Humoresques ? Par Sophie Deltin
Le Matricule des Anges n°72 , avril 2006.
LMDA PDF n°72
4.00 €