La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Thierry Cecille

Message Envoyer un message

Thierry Cecille

Articles

Le Dernier Istanbul

de Murathan Mungan

Passe l’été

de Murathan Mungan
Des vies désolées éloignée de la trépidante capitale actuelle, c’est dans une Istanbul grise et mélancolique que tentent de vivre les personnages de Murathan Mungan. Alors que nous avions pu découvrir Murathan Mungan dans la belle collection « Lettres turques » dirigée par Timour Muhidine chez Actes Sud, c’est désormais Sylvain Cavaillès et les éditions Kontr qui nous permettent d’explorer les territoires si particuliers de cet écrivain. Mungan, en effet, est en même temps reconnu dans son pays et sans doute considéré comme excentrique ou du moins excentré. Alors qu’il est né en 1955 dans la région de Mardin, superbe cité millénaire qui surplombe la Mésopotamie, nul doute que certains de ses thèmes de prédilection – l’homosexualité, les Kurdes, la...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

En roue libre

On the road again, cette fois-ci de la Pologne au Kazakhstan, via l’Ukraine, la Russie et le Tadjikistan : avanies et avaries en perspective. L’incipit intrigue – ou désempare : « Une neige mêlée de pluie vient du nord. Par moments, tout est blanc. Rentré hier soir de chez M. Mirek, je regarde instinctivement sous le châssis ce matin, et je vois qu’il y a une fuite. Le côté droit du différentiel est salopé, le demi-train est salopé, le cardan aussi. De l’huile a coulé. J’appelle M. Mirek, lui raconte ce qui se passe, et il me dit...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

Le chercheur de traces

Aux marges d’une Europe qui, unifiée, semblerait devenir uniforme, Andrezj Stasiuk s’entête à débusquer l’insolite, l’indistinct et le déjà presque disparu. Parution de Mon Bourricot. Depuis trente ans, l’auteur de L’Est et de Sur la route de Babadag, installé à Wołowiec, « un tout petit village aux confins du monde », guette, comme à l’affût. Pour écrire ses textes de fiction ou ses récits de voyage, il mêle aux événements de sa propre vie les souvenirs de rencontres éphémères, de paroles échangées avec des inconnus, des choses vues, toutes ces traces parfois mystérieuses...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

Le corps du monde

Arpenteur des confins, de l’espèce encore humaine ou de l’espace encore ouvert de « l’autre europe », l’écrivain polonais Andrzej Stasiuk nous invite à le suivre, alliant une tristesse retenue à une alacrité bienvenue. Nous étions sur la route depuis quelques jours déjà : nous avions dormi à Weimar et, à Buchenwald, en hommage, lu quelques pages de Semprun, puis nous étions passés à Auschwitz et avions arpenté les allées de Birkenau par une pluie glaciale, surprenante en ce mois de juillet caniculaire. Il y avait eu ensuite une halte à Katowice, où j’avais vécu deux ans, en ces années décisives de la chute...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

Romans et poèmes

de Jean Genet

L’ennemi solitaire

Entre 1942 et 1948, jean Genet, régulièrement emprisonné, s’invente, dans ses romans et poèmes, un univers : mythologique, fantasmatique et pornographique. Sur mon cou sans armure et sans haine, mon cou/ Que ma main plus légère et grave qu’une veuve/ Effleure sous mon col, sans que ton cœur s’émeuve,/ Laisse tes dents poser leur sourire de loup. » Ces vers, chantés par Hélène Martin, Marc Ogeret ou, plus récemment, Étienne Daho ou Les Têtes raides furent, pour certains, la porte d’entrée dans l’univers, si autre, de Jean Genet. Un condamné à...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224