La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Zoom
Proses

Les articles

Indice des feux

de Antoine Desjardins
Rapiécer le monde Entre détresse et tendresse, ce jeune Québécois écrit des histoires de gosses et d’adultes piégés par notre époque si peu bienveillante. Lumineux. Mes mots les plus importants, ceux que je devrais dire pour la consoler, la rassurer, pour la faire sourire une ou deux fois avant que je meure – ces mots-là, ils veulent pas sortir. Ils restent coincés en chemin ou ben ils trébuchent dans la fosse à tristesse… » Notez le « ben », le « ne » abonné aux absents, les images comme cette fosse à tristesse. Ce parler franc et fleuri à la fois, qui sonne juste et vrai, qui réinvente une sorte de puissance, est celui d’un adolescent aux soins palliatifs. Peut-être, en offrant ainsi sa tendresse et sa révolte, lance-t-il un signe amical au...
janvier 2021
Le Matricule des Anges n°219

André Blanchard : allumons les contre-feux

André Blanchard parle d’écriture, de livres, de lui, dans un parfait anonymat. La littérature peut encore charmer. Messe basse, troisième livraison de ses Carnets, tout de ventre et de tête. Revigorant. Voilà une vie somme toute banale qui ne ferait pas de vieux os sur le marché de la fiction : celle d’un gars qui ne fait rien de ses journées sinon remplir ses carnets intimes, assis dans son fauteuil, le chat en bandoulière. Cet homme-là n’a rien à déclarer, ou si peu : un esprit libre et curieux, une ardente et exclusive passion pour la littérature (type journal) et l’envie d’être publié...
juin 1995
Le Matricule des Anges n°12

Louis-René des Forêts : "Face à l’immémorable

En cinquante ans, Louis-René des Forêts a écrit peu de livres, a abandonné la rédaction d’autres. Par son essai, l’écrivain Jean Roudaut approche fermement la portée de cette oeuvre, son exigence et ses doutes. Depuis la publication des Mendiants, en 1943, combien de lecteurs s’efforcent de faire connaître tout l’enjeu de l’œuvre de Louis-René des Forêts ? Sans doute ne vaut-il mieux pas le savoir. Le nombre décevrait et c’est à la puissance du mercantilisme et aux luxuriantes impostures que tout cela reviendrait. Cette œuvre, oui, est encore méconnue, on l’évoque sans jamais s’y être voué, on la...
mars 1995
Le Matricule des Anges n°11

Lobo Antunes : le désir, la folie et la mort

Il était un des grands favoris pour l’obtention du prix Nobel de littérature, mais l’oeuvre d’António Lobo Antunes n’a nullement besoin de la reconnaissance des jurés de Stockholm pour passer à la postérité. Le dernier roman traduit en français de l’écrivain portugais António Lobo Antunes est probablement le plus complexe d’une œuvre déjà dense, violente et terriblement lucide. Né en 1942, ce médecin de bonne famille a dû longtemps détester le Portugal de Salazar pour s’être ainsi nourri de visions apocalyptiques sur la gens humaine. A lire Le Cul de Judas (1983, Métaillé), roman magistral sur la...
décembre 1994
Le Matricule des Anges n°10

Pierre Michon : au nom du fils

Pierre Michon vit dans un appartement de liliputien à Orléans, quelques mètres carrés qu’il partage, dit-il, avec toute sorte de bouquins, dont « de véritables merdes ». Heureusement, l’homme vient régulièrement à Paris, goûter les gaz toxiques, entendre les cris des hommes et les klaxons des voitures. Il était donc convenu que nous nous retrouvions, quai N°20, en gare d’Austerlitz, un...
octobre 1993
Le Matricule des Anges n°5