La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur L’avant-texte

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°1

Vous écrivez et vous envoyez votre manuscrit par la poste aux éditions Verdier. Voici donc son parcours.

Votre manuscrit arrivera probablement en compagnie de trois autres textes puisqu’en moyenne Verdier reçoit quatre manuscrits par jour, soit au bureau parisien, soit à Lagrasse. Généralement, c’est à Lagrasse que les bizarreries sont les plus fréquentes, puisque dans ce village de l’Aude, ce sont surtout les habitants du département qui envoient leur production, littéraire ou non, et ce, pour des raisons de promiscuité. Beaucoup de manuscrits sont accompagnés de lettres où l’apprenti écrivain va même jusqu’à proposer un projet de couverture pour son roman, par exemple un dessin, de sa belle-soeur, qui a beaucoup de crayon, et qui raviverait une couverture tellement austère.
Gérard Bobillier s’en amuse de ces lettres qui lui montrent que ces lecteurs-là (« Je vous envoie mon manuscrit après avoir lu un de vos livres… Comme je fais un peu la même chose que ce que vous publiez, vous n’aurez pas d’hésitation… »)n’ont jamais ouvert un livre publié par Verdier. Votre manuscrit sera lu, comme tous ceux qui arrivent, par Gérard Bobillier ou l’un de ses collaborateurs. Pas forcément jusqu’à la dernière ligne : il arrive parfois qu’une page suffise à se rendre compte qu’un texte n’est pas d’une grande qualité. Si votre manuscrit est refusé, vous en serez informé par courrier. Il faut être patient, les réponses peuvent prendre jusqu’à six mois. Le manuscrit, lui, n’est retourné que si vous vous êtes engagé à en payer le coût.
Un membre de l’équipe éditoriale peut lire votre ouvrage avec plaisir, sans pour autant le retenir. Une lettre, plus encourageant, accompagnera alors le refus. Combien d’ouvrages du catalogue Verdier ont transité par la poste ?
Un seul en treize ans : Partition blanche de Michaël Gluck publié en 1983. « On avait reçu un truc mal ficelé, on a ouvert, c’était parfait ». Depuis Michaël Gluck n’a plus rien publié.
Un seul manuscrit en treize ans, c’est donc peu, mais il faut savoir que chaque année, Verdier ne publie que trois ou quatre titres de littérature française. Alors, si votre rêve est de voir un jour votre roman sous la couverture jaune de littérature française de Verdier, lisez bien toutes les publications de cet éditeur et… travaillez vos textes.
Bonne chance !

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?