La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Famille, je vous aime !

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°1 | par Jean-Guy Pécresse

Déjà salué par bon nombre de libraires, le premier roman de François Lorris est l’oeuvre d’un véritable écrivain, sculpteur énergique de la langue et des mots. Révélation.

Des convulsionnaires hystériques ou vrais cagots qui se pressaient au XVlIIème,siècle autour de la tombe du diacre Pâris, célèbre pour son austérité janséniste, et en furent chassés par Louis XV, devaient engendrer l’étonnante « famille » dont le narrateur du roman de François Lorris nous fait partager le quotidien.
Qu’est cette famille ? Une communauté autarcique, une secte religieuse, une véritable parentèle ou une microsociété en tout point semblable à la nôtre ?
S’y côtoient des prophètes éméchés, des visionnaires concupiscents ou définitivement fous, des femmes « dépenaillées », sales, génitrices de ribambelles de gosses, des débiles, des pochards, des ivrognes et encore des poivrots. avec la bénédiction du « Bon Papa », Dieu en fait. Tous vivent sous les mêmes toits du même Paris dans une rigide promiscuité qui ne souffre pas l’étranger. Quand un prophète qui ne fera pas long feu, les entraîne loin de leur quartier, vers l’Aude, Terre promise pour les assoiffés de vin qu’ils restent et les parangons de pureté qu’ils se voudraient, ils ne sont pas longs à rentrer au bercail pour y reprendre leurs libations, macérations et autres "motions’’ dignes des plus fervents convulsionnaires. Dans cette sordide bouilloire aux vapeurs religieuses, un oncle prophète, cite l’Ecclésiaste, une grand-mère décrit l’Apocalypse. mais leur vie n’est que prétexte à paganiser.
C’est un livre d’amour et d’humour, citons l’auteur pour en donner la teneur : « Maintenant, dans chaque pièce, la pénombre entourait la lumière veilleuse de deux bougies et la pauvreté de l’endroit était devenue celle, le roi du monde sur la paille de l’étable, sans misère, d’une nativité du Moyen-Age » (p.81).
L’âge de l’auteur, 33 ans, nous incite à parler des résonances bibliques qui, tout au long du livre, se répercutent pour dessiner comme une voûte de sagesse et de raison protectrices au-dessus de ce capharnaum François Lorris ressent, semble-t-il, beaucoup d’amour pour sa. « Famille », lequel est à la mesure du châtiment littéraire qu’il lui impose. Il faudrait aussi souligner l’excellente façon dont l’auteur parle de sa ville. et nous savons combien il est parfois difficile d’éviter les poncifs au sujet de Paris. Sous l’articulation très originale et très précise du livre, la phrase s’involute, se délite à l’image des esprits qu’elle décrit, ou fuse. indépendante, exclamative, péremptoire. Lisez-le !!

Famille, je vous aime ! Par Jean-Guy Pécresse
Le Matricule des Anges n°1 , novembre 1992.