La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Pouvoir du rêve

novembre 1992 | Le Matricule des Anges n°1 | par Frédérique Roussel

Quelle emprise ont sur nous certains lieux de notre enfance ? Les rêves qui habitent nos souvenirs ? Le personnage de Chemin de Halage, premier roman d’Yvon Pérus, se trouve même « prisonnier d’un rêve ».

Chemin de Halage

Hubert, le narrateur adulte, se revoit enfant au petit séminaire. Une nuit de pleine lune, avec deux camarades, ils mènent une expédition jusque dans la chapelle, histoire de
« mordre la grande hostie à pleines dents ». Dans le confessionnal où ils se sont cachés, va se déclencher le rêve. « As-tu déjà tué ? » demande avec insistance Emile à Hubert. Péché suprême qui vaut bien celui de « théophagie ».
La question ramène Hubert quatre ans en arrière, dans un petit village du Nord. La brume de Millay, le vaste presbytère où habite son grand-oncle, l’abbé Pambre, et le sentier près du canal deviennent des décors inespérés pour son imagination débordante. Au fil des chapitres s’égrènent les lieux - souvent communs - qui cristallisent les terreurs de l’enfance. Le grenier, diabolique, défendu par les adultes, où Hubert va bravement pénétrer ; la belle Cadillac qui vient de nulle part et la grange, où se tient une parodie de procès. Cette dernière scène restant le morceau de bravoure du roman, où se mêlent exorcisme d’un crime centenaire, indiens caricaturaux de cruauté et innocente victime expiatoire. La puissance du rêve extirpe les personnages de leur affligeante quotidienneté Il les mène sur un chemin en marge des réalités, le chemin de halage. Armand, le sacristain famélique, la femme de l’instituteur qui s’est suicidée sans qu’Armand ait pu la sauver, l’apparition de Sabine, autant d’individus transcendés par le garçon. Adulte, Hubert veut retrouver le village brumeux. Mais Millay a changé et se dérobe aux souvenirs. " La Terre a tourné tant de fois, que je ne serai plus qu’un intrus dans mon propre souvenir.
Yvon Pérus a écrit là un premier roman prenant, entre rêve et réalité. Le rêve de l’enfant qui compense une absence et sa défloration par l’adulte. Avec au bout, la nostalgie.

Chemin de Halage
Yvon Pérus
Éditions du Griot
234 pages 98FF

Pouvoir du rêve Par Frédérique Roussel
Le Matricule des Anges n°1 , novembre 1992.