La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Les contes d’Arloc, le pélerin

janvier 1993 | Le Matricule des Anges n°3 | par Laurence Cazaux

Arloc ou le grand voyage

Le Grand Retour de Boris S.

Arloc a la fraîcheur des fables. Mourant, Herschlick dévoile à son petit-fils, Arloc, l’histoire secrète des hommes, créés par le choc entre un tambour et le soleil et, grâce au pouvoir de ce conte, il lui donne pour mission de guérir les hommes qui, comme la terre, résonnent mal. Arloc part donc d’Ecclatambour pour se retrouver clandestinement en Belgique. Il découvre le monde « civilisé » et réveille chez les autres le goût de la liberté. Comme Marguerite qui va voler son patron pour lui offrir un costume, juste parce qu’il a de beaux pieds et que parfois, elle rêve de s’en aller loin. Arloc sait que son histoire n’arrêtera aucune guerre, mais continue à la conter car « même si c’est faux, c’est vrai, je m’en fous ».
Ce texte pose toute une série de questions, sur la perte de notre rapport à la nature, sur l’intégration de cultures différentes, sur le pouvoir de l’imaginaire… mais presque l’air de rien, de manière anodine. Le style oscille entre une certaine banalité du quotidien et tout à coup une fulgurance poétique. Ainsi ce monologue de Lacolombe détaillant les misères de sa vie à la lune, avant de sauter la rejoindre dans l’eau.
Arloc n’a pas encore trouvé de metteur en scène. Les trente personnages et la multiplicité des lieux déroutent peut-être un peu. Mais de ce foisonnement naît la générosité.

Arloc et Le grand Retour
de Boris Spielman
Serge Kribus

Actes Sud-Papiers
132 pages, 110 FF

Les contes d’Arloc, le pélerin Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°3 , janvier 1993.