La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Un inédit de Jabès

avril 1993 | Le Matricule des Anges n°4

Cela a eu lieu

Edmond Jabès ou le délire du sens

Texte magnifique proposé par les éditions Fourbis, cet inédit d’Edmond Jabès, Cela a eu lieu offre sur la mémoire et l’oubli une écriture funambule, très fine et pourtant si profonde. Avec une économie de moyens digne des haïkus japonais, Cela a eu lieu parvient à évoquer le génocide en le maintenant dans un silence pudique. Ne rien en dire, ne rien nommer et laisser dans l’âme du lecteur la trace de l’Holocauste, c’est tout le talent de Jabès qui nous emporte dans ce petit livre. Le mystère naît à l’écoute de ce murmure, de cette voix qui vient réveiller, d’un au-delà intime et universel à la fois, l’innocent bonheur d’un temps à jamais révolu.
Simultanément paraît un hommage à Edmond Jabès par le poète américain Robert Duncan, mort en 1988. EN fait, plus qu’un témoignage, ce sont les interrogations du poète sur la langue et l’univers du signe nées de ses lectures de Jabès qui évoquent l’auteur du Livre des questions. Dans le numéro des cahiers Obsidiane qui lui est consacré, Edith Dahan écrivait : « Unique, inclassable, énigmatique, l’oeuvre d’Edmond Jabès tient sa singularité de cette difficulté où l’on se trouve de la saisir. »
A ce silence qui devrait suivre la lecture du poète, Robert Duncan a préféré la voie de l’écriture. Normal, Jabès dans son Livre de Yukel n’a-t-il pas écrit : « Face à l’impossibilité d’écrire qui paralyse tout écrivain et à l’impossibilité d’être juif, qui, depuis deux mille ans, déchire le peuple de ce nom l’écrivain choisit d’écrire et le juif de survivre. »

Cela a eu lieu
Edmond Jabès

et Edmond Jabès
ou le délire du sens

Robert Duncan
Fourbis
30 pages, 65 FF
et 75 pages, 70 FF

Un inédit de Jabès
Le Matricule des Anges n°4 , avril 1993.