La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Organiques infamies

avril 1993 | Le Matricule des Anges n°4 | par Thierry Guichard

Augias et autre infamies

Les nouvelles de Claude Louis-Combet n’ont pas cette qualité que l’on pensait indispensable à la réussite du genre : la fulgurance. Ses phrases s’allongent, prennent leur temps, attrapent dans les méandres de leurs virgules quelques adverbes, pas mal d’adjectifs et bon nombre de verbes. Bref ! Claude Louis-Combet ne fait rien comme il faudrait. Et pourtant, à ne considérer que la nouvelle-titre, on reste abasourdi par la force terrible de son écriture (malgré un étrange « Sans la contraindre de force… »).
Le docteur Augias gave sa mère jusqu’à lui faire atteindre des dimensions monstrueuses, jusqu’à ce que son corps emplisse, seul, la totalité de sa chambre.
C’est du lonesco avec de la chair, avec des viscères, avant de virer Alfred Jarry lorsqu’Augias branche sa « pompe à mère » sur les orifices du corps maternel : « Le tuyau d’évacuation débouchait au niveau de l’escalier. Le flux viscéral cascada bientôt dans la maison. » On vous épargne les détails, vous vous en régalerez. C’est dégueulasse, d’accord, mais quelle puissance, quel pouvoir dévastateur dans ces mots.
Avec La Maison des Marmousets, autre nouvelle du recueil, on reste dans le même régistre : celui de l’inconscient trouble, des phantasmes sexuels et de cette impossibilité à ne pas dire. Verbeux, Claude Louis-Combet l’est assurément mais son verbe s’est fait chair…

Augias et autre infamies
Claude Louis-Combet

José Corti
150 pages, 90 FF

Organiques infamies Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°4 , avril 1993.