La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Dossier Pascal Quignard
Une brûlante adolescence

décembre 1994 | Le Matricule des Anges n°10

Certains critiques ont cru lire dans L’Occupation américaine une variation, voire une réplique, à trois siècles d’intervalle, de Tous les Matins du monde. Etrange lecture. S’il suffit d’un peu de Loire et de musique pour confondre ces deux romans, alors Pascal Quignard a presque toujours écrit le même livre.
L’Occupation américaine s’achève par la rencontre, en 1982, du narrateur avec l’un des personnages principaux de cette histoire, Patrick Carrion, le seul qui ait survécu. Il a quarante-et-un ans, dirige une grosse entreprise en Inde, et murmure que « tout est irréel » et donc qu’ « il n’y a plus de salut possible ». Homme blasé ? Brisé ? La réalité, il a cru pouvoir l’embrasser, se l’approprier, plus de vingt ans auparavant. C’était en France, à Meung, la ville où fut emprisonné François Villon et que Jeanne d’Arc reprit aux Anglais. La ville où il a grandi, fils unique d’un vétérinaire qui aime avant tout sa femme, et d’une mère aimant avant tout la solitude. Mais Patrick a Marie-José. Les deux enfants ne se quittent jamais. Ils ont associé leurs détresses et leur vie. A cette époque, la fin des années cinquante, des milliers de militaires américains sont réunis dans des bases sur le sol français, dont une à Meung. Ce sont eux qui suscitent la fascination, l’illusion. Quand, après avoir longtemps rôdé autour, fouillé les poubelles pour pouvoir rêver, ils pénètrent enfin dans la base, « dans l’autre monde », Patrick et Marie-José ont perdu leur enfance, et, sans doute, se sont-ils perdus aussi. Une des grandes forces du roman de Pascal Quignard est de réussir à mêler étroitement ces deux univers, l’Amérique, avec son jazz, ses jeans et son racisme, et l’adolescence, avec ses montées du désir, ses gênes, et ses rébellions. Deux univers que Patrick et Marie-José découvrent dans la confusion et surtout dans la violence. Une violence incroyable qu’incarne par exemple Rydelski, dit Rydell, le fils du maçon communiste, qui plaque ses accords sur son piano comme un boxeur chercherait à sonner son adversaire et assène ses propos de drogué désespérément lucide sur la société de consommation à venir. Patrick croit pouvoir taper sur les fûts de sa batterie, obtenir son bac, recevoir des cadeaux au PX, flirter avec une niaise Américaine et garder Marie-José. Il croit pouvoir être assez fort. Il croit pouvoir se sauver. Mais comme les solos déchirants du saxophoniste noir, le rappel de la réalité arrache les peaux et laisse les plaies à vif. La soif d’absolu de Marie-José était trop grande, le poids de la famille encore trop lourd, la liberté une hallucination. La dernière partie du roman s’intitule « Nirvana ». On pense à Kurt Cobain. Marie-José choisit un fil de fer barbelé, Patrick s’échappe en Inde. Les adultes occupent le terrain. Il n’y a plus rien à dire. Sinon que quelque part, Pascal Quignard a déposé une mine prête à exploser : une histoire d’adolescence.

L’Occupation américaine Le Seuil, 210 pages, 95...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?