La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les Jours heureux

juin 1995 | Le Matricule des Anges n°12 | par Michèle Weinberger

La quarantaine est pour Camille un passage difficile dans sa vie désœuvrée et feutrée de bourgeoise parisienne sans enfants, mais avec un mari indifférent. Vincent, étudiant, jeune et beau, va ranimer cette femme trop tôt éteinte aux passions…« Leurs yeux se rencontrèrent » : le motif est de Flaubert (L’éducation Sentimentale), et il est magnifique, même s’il se situe dans un champ romanesque totalement balisé. Catherine Rey part ainsi de cet éblouissement de la « rencontre » pour lancer son héroïne dans une longue errance dans l’incertitude des sentiments, l’attisement des désirs frustrés, la renaissance de l’être, le désespoir et autres clichés d’une littérature qui, de romanesque est devenue -hélas- tout bêtement sentimentale. On frôle dangereusement l’Harlequin de base dynamisé par quelques tics pseudo-modernistes de l’espèce la plus meurtrière : l’écriture « tripe féminine ». Et quand on lit (entre autres) une phrase comme « nous brûlions encore de la gifle de notre premier regard », on est désespéré, vraiment désespéré.

Le Temps qu’il fait
136 pages, 85 FF

Les Jours heureux Par Michèle Weinberger
Le Matricule des Anges n°12 , juin 1995.