La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le cinéma de Zanzotto

septembre 1995 | Le Matricule des Anges n°13 | par Emmanuel Laugier

Filo, veillée

Après avoir convoqué d’éminents latinistes à travailler sur la bande-son du Satyricon, Federico Fellini, alors en pleine réalisation de son Casanova (1976), demanda à son ami le poète Andrea Zanzotto de composer, pour ce film et sur cet homme qui représente presque à lui seul le XVIIIe siècle, plusieurs sections sonores en dialecte vénitien. De ce travail pour le cinéaste italien, Zanzotto tirera un livre, Filò, La Veillée, où se retrouvent à la fois les différents passages écrits pour la bande-son du Casanova, ainsi qu’un long poème méditatif (La Veillée) sur la langue dialectale. Ce n’est qu’après la vague de « renouvellement drastique » de la poésie durant les années 60, selon le mot de Marizio Cucchi, après les « années de plomb » qui firent basculer l’Italie, à partir de 1970, dans la violence aveugle des attentats politiques et mafieux, qu’Andrea Zanzotto, né en 1921, put être considéré à sa juste valeur. On s’aperçut que son travail sur la grammaire et la syntaxe, puis sur les langues dialectales, De Derrière le paysage (1951) à Vocatif (1986), était trop enraciné, accroché à sa terre, trop hanté par le paysage, trop singulier, pour se réduire à un simple jeu verbal. Mêler la tradition et l’usage moderne de la langue jusqu’à leur « indifférenciation », en jouer « comme d’un clavier polyphonique », précise son traducteur Philippe Di Meo, en fait un proche de Michaux. Zanzotto n’a rien donc d’un embaumeur de langue. Fellini le choisit pour cela, pour la langue qu’il se forgeait patiemment, retiré sur les « collines escarpées » de sa ville natale, pour la mémoire des dialectes qu’il portait aussi en lui. Des toutes premières scènes des brodeuses du Casanova au Récitatif vénitien où un doge appelle une grande figure noire à sortir des eaux, de la Cantilène londonienne que Casanova entendit derrière les brumes de la Tamise à La Veillée, ce « discours second » sur les hauts dialectes de Venise et de Trévise, Zanzotto scande la langue de la Vénitie ou lui donne les s

Filò, La veillée (trilingue)
Andrea Zanzotto
ttraduit de l’italien
par Philippe Di Meo
Editions Comp’Act
120 pages, 130 FF

Le cinéma de Zanzotto Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°13 , septembre 1995.
LMDA papier n°13
6,00 €