La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Arbres en la musique

septembre 1995 | Le Matricule des Anges n°13 | par Maïa Bouteillet

Arbres en la musique

Déjà publiée en 1989 aux éditions José Corti avec l’ouvrage La Profonde Traversée de l’aigle, Amparo Amoros, poètesse espagnole résidant à Madrid, nous offre avec Arbres en la musique un recueil qui a la vertu d’être en total accord avec son titre. En effet, c’est bien la musique, sa subtilité, son ivresse qui en thèmes et variations traverse ces poèmes simples et méditatifs. La grande qualité d’Amparo Amoros est de livrer une poésie nourrie de l’expérience, une poésie où l’apprentissage de la vie ne passe pas par une appréciation intellectuelle des choses mais bien par une implication directe et initiatique de l’être humain dans sa découverte du monde. Par là même, Amoros possède un chant d’une force, d’une imagination et d’une richesse phénoménales, dans la lignée de Rilke notamment. La poésie d’Amoros est salvatrice : elle nous montre par ces élans et sa générosité que nous sommes les éternels dépositaires d’un âge d’or dont l’émergence ne dépend que de nous : « Lucidité est conscience, non point amertume :/ toujours est sauvé ce qui étreignit la vérité. »

José Corti
traduit de l’espagnol
par Laurence Breysse
135 pages, 100 FF

Arbres en la musique Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°13 , septembre 1995.
LMDA papier n°13
6.50 €