La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Terrifiante Raphaële George

février 1996 | Le Matricule des Anges n°15

Eloge de la fatigue (suivi de) Les Nuits échangées

Psaume du silence (suivi de) Journal

Le Petit Vélo beige

Il faut lire Raphaële George, et surtout vivre les pages incandescentes de son premier livre, Le Petit Vélo beige, publié en 1977 à L’Athanor, réédité depuis chez Lettres Vives et préfacé par Jean-Louis Giovannoni. Peintre, elle choisit d’écrire sous le nom de Raphaële George ce qu’elle portait de trop de poids, comme rendue à jamais à la grande épreuve d’être sur terre, jusqu’à ce point de fatigue où enfin se trouveraient du calme et du repos, de quoi respirer. C’est à cela que Raphaële George n’a cessé de revenir, dans les poèmes d’Éloge de la fatigue, dans Psaume du silence et par dessus tout dans les proses du Petit Vélo beige. A ça : « Je n’ai pas eu de mains. Je n’ai pas eu de sexe. Je suis arrivée comme une ventouse du mois d’avril. Mon nom, c’était Raphaël. Au premier cri j’ai eu du goudron dans la bouche. Ma langue n’a fait qu’un tour, je me suis déglutie moi-même », en trois livres, jusqu’au bout, jusqu’au fond noir de l’être où un pas l’emporte sur l’autre, tragiquement emportée le 30 avril 1985. « Avec la chair vibrante et meurtrie qui la porte » (Pierre Bettencourt) Raphaële George écrivit pour chercher le centre calme au milieu de la tornade, sans parade et sans pose, de front. Inoubliable.

Éloge de la fatigue, 80 pages, 84 FF
Psaume du silence, 64 pages, 59 FF
Le Petit Vélo beige, 65 pages, 75 FF

Terrifiante Raphaële George
Le Matricule des Anges n°15 , février 1996.
LMDA PDF n°15
4.00 €