La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Pour Heiner Müller

février 1996 | Le Matricule des Anges n°15 | par Maïa Bouteillet

Berlin, Bertolt Brecht-platz, 1er janvier 1996. Dans la lumière blâfarde d’un soir d’hiver, des centaines de petites silhouettes se pressent vers le Berliner Ensemble, comme happées par la voix tonitruante qui monte du théâtre. Le testament d’Hitler gueulé en manière de prologue à la pièce que l’on joue ce soir-là, La Résistible Ascension d’Arturo Ui de Brecht. Sur les façades du bâtiment, d’immenses affiches noires annoncent la couleur de la saison, comme en signe de deuil prémonitoire. En lettres blanches simplement trois noms : Brecht, Müller, Shakespeare. Dans le hall, quelques fleurs déjà fanées, la liste des noms de tous ceux qui sont venus dès qu’ils ont su la nouvelle. Sur des écrans de télévision, le visage familier, éternellement barré d’un gros cigare. Heiner Müller est mort le 30 décembre 1995. L’hommage est discret.
Dans la maison presque rien n’a changé. Ce soir-là, le lendemain et les jours suivants, les acteurs ont continué, ont prêté vie encore à sa dernière mise en scène, fouillé encore les poubelles de l’Histoire, exhumant, avec Brecht, avec Müller, le spectre d’Hitler ricanant derrière le masque d’Arturo Ui. L’Allemagne est orpheline de sa dernière sentinelle, postée comme une mauvaise conscience entre l’Est et l’Ouest. Poète, écrivain, dramaturge et penseur de son temps, il redoutait la chute du mur parce qu’il y voyait du même coup l’effondrement de « la seule alternative au capitalisme ». Utopiste sombre, veilleur intransigeant, il dénonçait dans l’Europe en train de se construire la primauté de l’argent, « la solidarité internationale du capital contre la pauvreté ». Fils spirituel de Brecht, il défendait avec ardeur la dimension civique et politique du théâtre. Contradicteur contradictoire, admiré et haï par ses concitoyens, il a rassemblé toute l’Allemagne autour de ses funérailles. L’Histoire a englouti le mur, Heiner Müller ne pouvait que le suivre, marquant définitivement la fin d’une époque. Sur la scène, le rideau est tombé. Au dehors, Berlin retentit de mille chantie

Pour Heiner Müller Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°15 , février 1996.
LMDA PDF n°15
4.00 €