La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Portraits de femmes

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Marc Blanchet

Lavinia disparue

Histoire d’Arabella

Deux prénoms, Arabella et Lavinia, deux destins entre l’égarement du désir et le poids du don : l’écrivain italien Anna Banti (1895-1985) a toujours livré, à travers une intense activité littéraire, des portraits de femmes, défendant leur besoin d’indépendance avec un féminisme teinté d’amertume. Le personnage d’Arabella est à ce titre une création remarquable. Jeune enfant fascinée par la pauvreté, multipliant les contacts avec les basses couches sociales et imposant ainsi son image d’extravagante à une famille figée par les codes et les non-dits, sa vie est celle d’une désillusion progressive qui révèle dans cet altruisme un manque : celui de se sentir vivre. A la suite d’un amour empêché par ses parents, Arabella pactise avec son renoncement : vie en retrait, cocufiage puis prostitution dans les quartiers pauvres. Le bonheur de la lecture ne s’abreuve pas de l’évocation d’une déchéance. Dans son égarement, Arabella touche à quelque chose de vrai, même de manière erronée : la vie dans sa brutalité, sa sauvagerie, la sensualité d’un peuple interdite aux bonnes familles. Histoire d’Arabella est avant tout la quête de sa jeune sœur Claudia à comprendre sans honte le choix d’un tel destin. Cette enquête, c’est aussi celle de la romancière fascinée par son personnage, par ce monde définitivement différent, et qui ne peut être appréhendé que par le roman. Lavinia disparue reprend les mêmes thèmes : monde féminin fait de pudeur, d’audace et de mensonges et toujours ce désir de se prouver aux yeux du monde. Lavinia est une « sœur » d’Arabella : douée pour la musique, elle sera obligée de se taire devant le maître Vivaldi, et disparaître dans une cité fantomatique : Venise. Une grande tristesse règne dans ces livres : les désirs s’éloignent au fil de l’eau, les personnages rentrent dans l’ombre. La romancière, souffrant pour eux, n’a que la littérature pour leur donner un visage éternel.

Lavinia disparue et
Histoire d’Arabella
Anna Banti

Traduits respectivement
de l’italien par Odette Kaan et par Maurice Javion
Aralia Éditions
88 et 94 pages, 90 FF chacun

Portraits de femmes Par Marc Blanchet
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.