La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Montagne froide

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Marc Blanchet

Montagne froide

Han Shan signifie en chinois vieille montagne. C’est également un poète du VIIe siècle. Son traducteur, Martin Melkonian, a su entendre sa parole pour nous la restituer dans son mélange d’ironie aimable, de sagesse feinte et de folie contrôlée. Han Shan nous est proche par son souci de dénoncer toute vanité et de se lier au simple des choses. Il diffère en même temps parce que la vitalité de ses poèmes, leur brièveté, leur candeur apparente nécessitent un recueillement subtil. À peine l’avons-nous atteint que ce personnage aux allures de singe s’est éloigné dans l’ascension d’une montagne avec laquelle il semble faire corps : « Si toute ma vie durant/ je me cache dans montagne froide/ vivant de plantes/ vivant de baies/ quoi de mal à ça/ suis ton karma mon vieux/ jusqu’au bout/ jour mois coulent/ comme ruisseau/ temps/ étincelle de deux silex/ frottés/ je regarde devant moi/ laissant le monde à son agitation/ trop heureux croyez-moi/ d’être assis là/ au milieu des falaises. » Une compagnie précieuse dont la vertu première est peut-être de nous apprendre à tout aimer sans être sûr de rien.

Fourbis
Traduit du chinois
par Martin Melkonian
44 pages, 60 FF

Montagne froide Par Marc Blanchet
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.