La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Schizolivres à la Loupiote

juin 1996 | Le Matricule des Anges n°16 | par Christophe David

Un ornithorynque dans le tiroir

La collection « Zèbres » des éditions de La Loupiote présente dans son concept même -« Un livre, deux polars. Un auteur réputé, un auteur inconnu »- d’évidents symptômes de schizophrénie. Chez beaucoup des petits éditeurs de polar nés ces dernières années, il semblerait que la décision d’éditer de la littérature policière ait précédé l’existence d’auteurs et de textes. Résultat : on retrouve, comme chez tout le monde (en vrac : Canaille, Clô, Baleine) l’excellent (mais omniprésent) tandem Jean-Bernard Pouy / Patrick Raynal.
Cette deuxième livraison de la collection « Zèbres » est composée de deux textes très différents l’un de l’autre.Tout d’abord, Un Ornithorynque dans le tiroir, un bref roman de Patrick Raynal avec lequel il renonce pour une fois à Nice, son décor d’élection,pour nous raconter une sombre histoire d’héritage qui a lieu en Bretagne : les enfants naturels d’un notaire du Morbihan qui ont tous reçu un ornithorynque en peluche de leur père font connaissance après le décès de celui-ci… Les accents chabroliens du bref roman de Raynal n’ont aucun rapport avec le ton quasi bernanosien d’Ouvrage d’homme, le récit de Jean-François Bianco (auteur publié dans le N°6 du MdA) qui lui fait suite dans ce volume.
Ouvrage d’homme, c’est l’histoire d’un peintre pour lequel les choses commencent à marcher et à qui l’Église passe commande pour décorer l’une de ses basiliques, d’une fresque dont il devra lui-même choisir le sujet.
Les textes sont bons, chacun dans son registre, mais cette livraison accuse les contradictions de la collection. Un déséquilibre regrettable : 70 pages pour l’auteur réputé, 30 pages pour l’inconnu. Un problème de choix éditorial : le texte de J.F. Bianco, s’il possède d’indéniables qualités, est plus proche de La Vocation suspendue de Klossowski que d’un polar. Le jour où les auteurs réputés n’auront plus que 30 pages et les inconnus, 70 pages, La Loupiote aura gagné son pari.

Un Ornithorynque
dans le tiroir
Patrick Raynal
Ouvrage d’homme
Jean-François Bianco

La Loupiote
L’Aumère, 85170 Le Poiré-sur-Vie
110 pages, 69 FF

Schizolivres à la Loupiote Par Christophe David
Le Matricule des Anges n°16 , juin 1996.