La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Visites de Satan

décembre 1996 | Le Matricule des Anges n°18 | par Éric Dussert

Récits fantastiques russes

La littérature russe réserve de belles surprises. Les Récits fantastiques russes proposés par la collection Domaine Romantique des éditions Corti en apportent une nouvelle démonstration. Il s’agit de trois courts romans issus du même tonneau que La Dame de Pique de Pouchkine. Ce sont le Cosmorama d’Odoïevski, Chtoss, un texte que Lermontov n’eût pas le temps d’achever avant d’être tué en duel, et Une maison solitaire de l’île Vassilievski de Titov dont l’idée revient à Pouchkine lui-même.
Exemples magistraux de ce que savait produire l’école fantastique russe, nourrie de romantisme allemand, ils agitent personnages et destins maléfiques à Saint-Petersbourg dont la rectitude toute technocratique des rues (nous explique une préface de Vitaly Amoursky), demandait à être coiffée de mystères et peuplée de créatures indéterminées.
« On dit que c’est la curiosité qui a causé la perte du genre humain. (…) Et il y a des circonstances où le mystère donne à la curiosité une force extraordinaire. » Pour son malheur, cette force échoit au héros qu’Odoïevski a, c’est l’exception, promené dans un Moscou enneigé. Par le truchement d’un trompe-l’œil magique, le cosmorama, il s’est vu conférer des pouvoirs de voyances effrayants : les portes du royaume des ombres lui sont ouvertes, tout acte mauvais lui apparaît dans un tourbillon de fantômes gémissants.
Les trois récits sont nerveux et menés sans détour. Certes on flaire vite le fantôme chez Chtoss et Bartholomée/Lucifer cache mal son jeu lorsqu’il séduit la cousine isolée mais le charme agît. D’autant que la narration incorpore des images paroxystiques dont la dynamique est presque cinématographique. Voyez la terrible résurrection d’un suppôt de Satan ou l’incendie de la maison solitaire. Aussi, lorsque Titov demande « d’où vient aux démons ce désir de se mêler des affaires des hommes », on peut suggérer qu’il nous est nécessaire pour échapper à la fadeur du monde.

Récits fantastiques russes
d’Odoïevski, Lermontov
et Titov

Traduits par Sophie Benech
José Corti
200 pages, 110 FF

Visites de Satan Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°18 , décembre 1996.
LMDA papier n°18
6.50 €