La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur De singuliers ouvrages

mars 1997 | Le Matricule des Anges n°19 | par Thierry Guichard

Loin de toute standardisation, certains éditeurs jouent la carte de la singularité en proposant des livres d’artistes à prix modeste.Échantillons.

Nous avons déjà évoqué le travail exceptionnel réalisé par des éditeurs comme Encre Marine, l’Éolienne (et ses livres personnalisés) ou Derrière la Salle de bains (son érotisme léger et drôle).Leurs livres n’obéissent guère aux règles commerciales et industrielles qui préconisent une baisse des coûts de fabrication et une augmentation de la diffusion.C’est que la relation recherchée par l’éditeur vis-à-vis de son rapport à l’objet d’une part, et par rapport au lecteur ensuite, constitue l’essentiel de sa quête.Il ne s’agit plus de s’adresser à tous, mais à chacun. Disons-le aussi, la singularité peut parfois fournir un élément commercial et contribuer à l’image de qualité d’un éditeur.
L’image de William Blake &Co Édit.s’affirme imposante dans le catalogue que Jean-Paul Michel, le fondateur de cette maison bordelaise, publie pour les vingt ans de la maison.Majestueux et lourd volume de près de 400 pages de grand format, « Nous avons voué notre vie à des signes » (c’est son titre) s’impose comme une galerie d’art et de littérature mise en volume de papier (380 pages, 250 FF). Le soin apporté ici aux reprographies n’a d’égal que la liste des noms prestigieux qui constituent ce catalogue, de Hervé Guibert à Jacques Derrida, en passant par Denis Roche, Pierre Bergounioux, Jude Stéfan mais aussi Spinoza, Mallarmé ou Hölderlin. C’est, à notre connaissance, le catalogue le plus luxueux jamais publié par un éditeur littéraire.Il est vrai que Jean-Paul Michel, par ailleurs auteur, possède un caractère à la hauteur de cette mégalomanie créatrice.
William Blake & Co. Édit.
B.P.4 - 33 037 Bordeaux Cedex
À l’inverse, les éditions Les Carnets du Dessert de Lune se laissent déflorer sans trompettes ni tambours.De petit format, leurs ouvrages s’ouvrent comme des carnets à dessin, réceptacles de croquis pris sur le vif, carnet de notes du quotidien. Pas d’auteurs déjà consacrés au catalogue de cette maison de Bruxelles, mais de jeunes poètes ou prosateurs de très grande qualité.Évoquons ainsi François Garnier dont le Carnet du retour à la terre s’orne de quatre encres de l’auteur (35 pages, 35 FF). Dans une prose tendue qui recherche la simplicité et la sincérité, l’auteur égrène les petits pas que le quotidien trace dans nos vies. On est là au plus près d’une sensibilité aiguisée. Le retour à la terre dont il est question dans le titre évoque la mort : « Alors il ne me restera plus qu’à rassembler mes souvenirs les meilleurs comme un baluchon flegmatique et de baiser les lèvres de l’absente qui ne l’aura jamais autant été. »
Les Carnets du Dessert de Lune
30, rue Longue-Vie B-1050 Bruxelles
Un des champions du livre singulier, c’est Pierre Courtaud, poète et éditeur qui dirige La Main Courante (59, rue Auguste-Coulon 23 300 La Souterraine) où viennent de paraître un « roman » de Georges Mérillon, L’Éventail de Corinne (20 pages, 70 FF), Dear Laurie de Claude Pélieu (42 pages, 70 FF) et Alors à qui appartient la mort...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA PDF n°19
4,00 €