La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Le poète encombrant

juillet 1997 | Le Matricule des Anges n°20 | par Éric Dussert

Après les biographies de Renée Vivien, Pierre Louÿs et Jean de Tinan, Jean-Paul Goujon s’attaque à l’un des mythes littéraires les mieux ancrés du XXe siècle, Léon-Paul Fargue. Un mythe trompeur dont on pense avoir tout dit en évoquant Le Piéton de Paris (1939). Son omniprésence dans l’histoire littéraire (La Nouvelle Revue française et Commerce, la librairie des Amis des Livres…) cache un personnage bien plus changeant que Janus dont les deux faces ne suffisent pas à réduire le poète rétif et merveilleux, l’ami charmant et gênant, l’homme dans son intimité ou en public… Il faut dire que Fargue n’a rien fait pour que la postérité s’y retrouve. Les dictionnaires soulignent son « inexactitude proverbiale », mots auxquels on peut préférer « affabulation ». Le livre largement documenté de Jean-Paul Goujon fait la lumière sur la vie du poète en donnant en éclairage nouveau sur ses relations intimes avec Jarry jusqu’à ses brouilles multiples : exclusion du cercle d’Adrienne Monnier, fâcherie avec Larbaud qui le nomme « médisant récidiviste ». Son indélicatesse et sa mythomanie lui ont joué des tours.
Né en 1876 dans le quartier des Halles, Fargue est un gosse du terroir parisien, amateur de goualantes et de caf’conces. Il débute avec Tancrède (1894) prétendument écrit à seize ans et publie dans les meilleures revues de son temps Pan, La Plume, les Essais d’art libre. Après des débuts vifs, son oeuvre se construit plus lentement dans la décennié 1910. Elle reprend son soufle à partir de 1928-1929, années qui voient paraître Banalité, Épaisseurs, Suite familière.. Et Fargue n’a pas cessé de parcourir la capitale, parfois dans les pas des journalistes de Détective. « Nous étions tous préoccupés du tragique intime, dit-il, du trafique pauvre, du charme des saisons de Paris, de l’éclairage mystérieux des rues, des fêtes foraines, des banlieues. » L’un des nombreux mérites de l’ouvrage de Jean-Paul Goujon est de réévaluer certains recueils de poèmes écrasés par la renommée du Piéton de Paris : Ludions d’abord où les cocasseries papillonnent, Vulturne dont l’invention verbale et le rythme nerveux marquent le territoire fantastique du monde urbain. Sans oublier le Fargue vieillissant de Haute Solitude dont la curiosité s’est teintée de spleen. Le solitaire y fait ronfler les « orgues mélancoliques » et jouit de cette « paresse très active » (dixit Saint-John Perse) qui confine à la nonchalance, cette autre muse du poète.
Léon-Paul FargueJean-Paul Goujon
Gallimard315 pages, 145 FF

Le poète encombrant Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°20 , juillet 1997.
LMDA PDF n°20
4.00 €