La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Peuples sans écriture

janvier 1998 | Le Matricule des Anges n°22 | par Benoît Broyart

Peuples sans écriture

Ce recueil est clairement divisé en deux parties. La première se présente comme une réflexion sur l’écriture et le travail du poète : « La langue a cassé. Il faut la renfiler dans le chas ». Dominique Barberet Grandière cherche à tisser un lien avec un passé très lointain, des peuples sans écriture : « J’accompagne un homme de 25 000 ans mon aîné, un identique à moi ».
La seconde partie est le texte même, développement de cette matière que le poète a définie auparavant. Le lecteur y progresse difficilement, malgré la lisibilité de l’ensemble. En effet, si Dominique Barberet Grandière sait parfois trouver le mot exact : « Le trépan des tambours/ encrasse un écho noir à quoi je suis liée/ la fidélité des sons/ chaise vide sous le clapot des armes », les beaux passages se noient au milieu de formulations plus hasardeuses et moins novatrices. « La brousse de l’âme » ou « la météorologie du hasard » parasitent un texte qui souffre de ne pas être toujours inévitable.

Éditions Cadratins
(1, allées Jean Jaurès
65 200 Bagnères de Bigorre)
56 pages, 80 FF

Peuples sans écriture Par Benoît Broyart
Le Matricule des Anges n°22 , janvier 1998.