La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Éloge posthume de ma femme encore vivante

juin 1998 | Le Matricule des Anges n°23 | par Didier Garcia

Eloge posthume de ma femme encore vivante

D’un côté, l’histoire littéraire : Luigi Pirandello, Prix Nobel 1934, et sa femme Antonietta, jalouse à en être folle ; de l’autre, le nouveau roman de Manz’ie (après En bas de la mer, Critérion, 1991), où « Pirandell » et « Antoniett » jouent leur propre rôle, dans une succession de chapitres, de lettres et de bribes de journal.
Au fil des pages, le lecteur découvre que la reconstitution biographique vaut surtout comme prétexte. Ainsi que le laisssent entendre les deux amputations dont les deux protagonistes sont victimes (tous deux ont perdu leur lettre finale), ce roman témoigne de l’impossibilité à appréhender le moi, thème qui traverse l’œuvre pirandellienne. Face à l’ « invraisemblance pronominale », cette évidence : on ne se connaît pas davantage qu’on ne connaît les autres. L’assertion passerait probablement pour un truisme si elle ne donnait, ici, toute la mesure de la détresse humaine.

Verticales
414 pages, 135 FF

Éloge posthume de ma femme encore vivante Par Didier Garcia
Le Matricule des Anges n°23 , juin 1998.
LMDA PDF n°23
4,00 €