La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’Algérie malade

juin 1998 | Le Matricule des Anges n°23 | par Philippe Savary

Des odeurs de soufre et de chloroforme émanent de ce livre au style implacable. Depuis Un été de cendres, Abdelkader Djemaï, né à Oran en 1948 et installé en France, poursuit son immersion dans la nuit algérienne, sans jamais la nommer. Le narrateur est cette fois enquêteur pour le compte d’une police secrète, domiciliée au 31, rue de l’Aigle. Dans cette villa discrète se préparent « des choses ardues, moins reposantes et plus compliquées ». On l’a compris : il s’agit d’étouffer les voix qui « se gargarisent de mots comme démocratie, justice et autres balivernes », comme celle par exemple de R. D., soupçonnée de subversion. Précieux dosages : le narrateur traque ses gibiers tandis que le Chef Cuistot répète dans la cave ses recettes à base d’eau et d’électricité.
Djemaï décrit le fanatisme avec une tranquillité maîtrisée. Présenté sous la forme d’un rapport clinique, ce court livre rend compte du cynisme du drame algérien. La haine se nourrit de civisme, la folie de paranoïa. La mission de la police devient de salubrité publique. On invoque la chirurgie pour purifier cette ville, frondeuse et galeuse, prête à s’offrir en pâture « au dernier des chiens » : « Il est impératif de procéder à l’ablation des parties incurables, d’exciser les kystes (…) d’enrayer les irruptions virales ».
Sous la plume de Djemaï, l’Algérie est un monstre froid, mécanique impitoyable perdue dans ses malheurs, à l’image de cet enquêteur. Célibataire, il vit avec son revolver sous le veston et l’oreiller, avec pour seule compagne une plante verte qu’il cajole comme une maîtresse, entre deux pollutions nocturnes. Djemaï ne dit pas autres choses : pays déchiré, l’Algérie n’est qu’une plaie béante de solitudes dans cette tragédie collective.

31, rue de l’Aigle
Abdelkader Djemaï

Éditions Michalon
138 pages, 90 FF

L’Algérie malade Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°23 , juin 1998.
LMDA PDF n°23
4.00 €