La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les soldats disparus

juin 1998 | Le Matricule des Anges n°23 | par Éric Dussert

De secrètes injustices

Le discours dominant du moment voudrait que le seul roman policier puisse encore faire office de littérature. Lorsqu’on choisit d’opérer la transmutation du monde en mots, la tentation est devenue forte de choisir la panoplie du flic ou de l’assassin pour glisser sous la surface des choses un œil indiscret. Les auteurs qui suivent d’autres pistes que celles du polar ou de l’autobiographie prennent le risque de passer inaperçus.
Le Belge Xavier Hanotte qui avait déjà souscrit à la Manière noire (Belfond, 1995) installe son nouveau roman à Bruxelles dans les locaux de la Police judiciaire où vivote une brigade sans brio. Seul l’inspecteur Barthélémy Dussert garde l’œil ouvert et le bon. A la suite du décès d’un S.D.F. et du meurtre d’un historien révisionniste, le policier entame une enquête qui le conduit dans les cimetières militaires qu’il affectionne et dont la Belgique regorge. Lancé -mollement- sur une piste, il entreprend de nommer les absents : les deux macchabées, les victimes de la déportation et celles, moins innocentes, de la Première Guerre mondiale.
Parmi ces dernières, il est un mort auquel Dussert est étroitement lié. C’est le poète anglais Wilfred Owen tué en 1918 dont le flic traduit les War Poems à ces moments perdus. Déjà présent dans Manière noire, cet homme a existé et écrit l’essentiel de son œuvre dans les tranchées boueuses de Belgique. C’est pour lui comme pour les soldats anonymes qu’Hanotte construit cette nécropole. D’ailleurs, le livre prend son envol au moment où, entrecoupant son récit plein de méandres, il imagine les derniers instants des défunts oubliés. Puisque les mots tuent la mort, Hanotte tend à Wilfred Owen un rôle de fantôme réussi et monte des brumes qui donnent au roman un charme bien flamand.

De secrètes injustices
Xavier Hanotte

Belfond
468 pages, 135 FF

Les soldats disparus Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°23 , juin 1998.