La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le théâtre des ombres

juin 1998 | Le Matricule des Anges n°23 | par Christophe Fourvel

La Danse des ombres

Le Théâtre des perceptions

Après Bien malin qui connaît son père et Love, parus simultanément l’année dernière, les éditions Bourgois poursuivent la publication des ouvrages de l’écrivain anglaise Angela Carter avec deux nouveaux romans, Le Théâtre des perceptions et La Danse des ombres. Morte en 1992 à l’âge de 51 ans, Angela Carter met en scène des personnages perclus dans une sorte d’impassibilité souffrante, d’attention désabusée face leur existence manquée. Ils semblent avoir accompli une moitié de chemin avant de s’être résignés à une passivité destructrice. Ils sont entourés de gens dont ils connaissent trop les faiblesses pour les aimer. Ils fréquentent des maisons mal tenues, de bars mal éclairés, habitent surtout des histoires travaillées par un désamour, une hérédité incertaine ou tragique ; leur mal-être affleure parfois dans des dialogues oniriques qui ne font que contribuer à les éloigner d’eux-mêmes. Très supérieur aux autres œuvres traduites à ce jour, Bien malin qui connaît son père inclut pas mal des réponses aux questions que posent en vain la plupart des héros perdus d’Angela Carter. On y trouve un humour, une ingéniosité narrative, un pétillement qui fait parfois défaut aux autres récits. La remarquable leçon de vie qui émane de Bien malin… mais également l’homogénéité des thèmes, certaines fulgurances présentes dans les quatre ouvrages, justifient que nous revenions à l’occasion des futures parutions sur cet écrivain, dont l’éditeur nous dit qu’elle est aujourd’hui plus populaire en Grande-Bretagne que Virginia Woolf.

Angela Carter
La Danse des ombres

Traduit de l’anglais
par Jean Guiloineau
234 pages, 110 FF

Le Théâtre des perceptions
Traduit de l’anglais
par Michel Doury
Christian Bourgois
192 pages, 95 FF

Le théâtre des ombres Par Christophe Fourvel
Le Matricule des Anges n°23 , juin 1998.
LMDA PDF n°23
4.00 €