La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Sanglant inventaire

juin 1998 | Le Matricule des Anges n°23 | par Maïa Bouteillet

Crimes exemplaires

De la première à la dernière page (préface et 4e de couverture comprises), l’ouvrage tient à l’évidence du canular. Pour un peu, on entendrait Max Aub ricaner derrière chaque phrase et l’on conseillerait volontiers aux esprits chagrins d’en lire une tous les matins. Essayez : « Il m’avait mis un morceau de glace dans le dos. Le moins que je puisse faire était de le refroidir ». Ou bien « Plutôt mourir ! me dit-elle. Et dire que ce que je voulais par-dessus tout c’était lui faire plaisir. ». Plus surprenant : « Je m’étais juré de le faire la prochaine fois qu’on me passerait un billet de loterie sur la bosse ».
Il ne faut pas forcément croire l’auteur quand il prétend en préambule avoir retranscrit d’authentiques témoignages - « les raisons claires qui les ont poussés au crime sont données par eux en toute franchise » - mais il suffit de parcourir la rubrique faits divers de nos quotidiens pour voir que, même fictifs et aussi absurdes soient-ils, ces courts récits ne sont pas bien loin de la réalité. Il n’y a ici aucune intention morale, ni au contraire d’apologie mais peut-être une manière de conjuration cynique d’un homme brisé par l’Histoire.
Né à Paris en 1903, de père allemand et de mère française, Max Aub adopte la langue espagnole lorsque sa famille s’installe à Valence en 1914. Très vite, il se lie avec Picasso (auquel il commande Guernica), Dali et Buñuel et devient l’un des chefs de file du surréalisme espagnol. Après la Guerre civile, il connaît la déportation dans un camp français et se réfugie finalement au Mexique où il meurt en 1972. La préface nous apprendra aussi que Crimes exemplaires (réédité depuis 1981) reste le livre le plus diffusé d’une œuvre (poèmes, romans, essais, théâtre) méconnue en France. Espérons que l’éditeur ira au-delà de cette singularité.

Crimes exemplaires
Max Aub

Traduit de l’espagnol
par Danièle Guibbert
Phébus
126 pages, 89 FF

Sanglant inventaire Par Maïa Bouteillet
Le Matricule des Anges n°23 , juin 1998.
LMDA PDF n°23 - 4.00