La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Le Christ aux barricades

juin 1998 | Le Matricule des Anges n°23 | par Éric Dussert

La publication d’I.N.R.I. de Léon Cladel constitue un événement important. D’abord parce qu’elle exhume la figure d’un romancier négligé, ensuite parce qu’elle restitue dans son intégrité un texte littéraire majeur sur la Commune de Paris (1870-1871). Son auteur est le fils d’un bourrelier du Quercy né en 1835. Lors de l’insurrection, il est gratte-papier à la préfecture de la Seine. Il avait débuté en 1860 avec Les Martyrs ridicules préfacés par Baudelaire, fut qualifié de « Rural écarlate » par Barbey d’Aurevilly et obtint le succès en mettant sa plume au service de l’Art social. Inspiré par la défaite française contre les Prussiens à Sedan et sa conséquence, la Commune, I.N.R.I. fut rédigé à chaud dès 1872. C’est un hommage ardent aux révolutionnaires écrasés par Thiers, un manifeste courageux voire périlleux. En fait, la première édition du texte paraît en 1931 tronquée et posthume (Cladel est mort en 1892) grâce à Lucien Descaves, Henri Poulaille et la fille de l’auteur, Judith Cladel. Tout lyrisme déployé, I.N.R.I. retrace la révolte des citoyens de Paris face à la suffisance de la France des départements et sa crainte vis-à-vis du monde ouvrier. En peignant la destinée tragique du couple de l’officier Jacques Râtâs et de la suffragette Urbaine Hélioz, Cladel décrit les colères et les espoirs du petit peuple conduit à l’abattoir par des hommes politiques trompeurs et des chefs militaires incompétents. On sait comment finit l’affaire : dans un bain de sang que Cladel transforme en apothéose baroque. Comme le prophète, Râtâs est cloué sur la croix. Sur celle-ci sont tracées les lettres I.N.R.I. (Iesus Nazarenus Rex Iudeorum) qui ne signifient plus « Jésus de Nazareth roi des Juifs » mais bien « Napoléon l’ordonnant, la République périt ». Romancier au mot amer, Cladel force le trait. Outre les répétitions que l’éditeur de 1931 avait supprimées, on trouve aux heures chaudes du récit toutes les outrances du langage populaire mais aussi, et c’est plus étonnant, des tirades enflammées

I.N.R.I.
Léon Cladel
édité par Luce Czyba
Editions du Lérot
349 pages, 290 FF

Le Christ aux barricades Par Éric Dussert
Le Matricule des Anges n°23 , juin 1998.
LMDA PDF n°23
4.00 €