La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L’envers du pervers

septembre 1998 | Le Matricule des Anges n°24 | par Philippe Savary

J’aurais aimé t’offrir un roman aimable comme un nuage rosé« , explique Roberto Arlt à son épouse, mais, poursuit-il en exergue de ce recueil, »les êtres humains ressemblent davantage à des monstres qui pataugent dans les ténèbres qu’aux anges lumineux des histoires anciennes« . Les cinq nouvelles de l’écrivain argentin, né en 1900 et mort en 1942, présentées ici dégagent effectivement une forte odeur fétide. La perversité de la nature humaine accomplit sa besogne avec une délétère jouissance. Ainsi, dans Le Petit Bossu, un jeune galant éprouve le cœur de sa promise en l’obligeant à embrasser un avorton boiteux et difforme. Plus loin, récit d’un réalisme brutal, un proxénète, »plongé dans un long crépuscule qui n’avait plus rien de terrestre« , se souvient de la femme aimée. Compagnon de voleurs et de violeurs, il décrit sa déchéance, qui le mène de geôles en bouges crasseux à consommer son morbide ennui. L’image n’est guère plus rassurante avec les nouvelles suivantes. Un phtisique attend sa mort dans un sanatorium, où, entouré de ses amis d’infortune, il lance des paris sur la dernière heure de ceux qui agonisent. Là encore, la figure de l’amante, qu’il a odieusement humiliée, revient sur ses lèvres sèches et malades. Dans Une sale nuit, toujours, le futur marié imagine son avenir à deux, »gris comme le fond d’un four« , et préfère fuir ce »puits d’ordures et de monotonie" qui l’attend. Désœuvrés, méchants, taciturnes, les narrateurs de Roberto Arlt sont agités d’obscures pulsions. Sous le soleil noir et infécond qui inonde les marges de ce Buenos Aires inédit, ils instrumentalisent leur propre destruction. En orchestrant leur délabrement mental -et la perdition de leurs proches- l’écrivain hisse ainsi l’homme au rang de grands fauves, guettés par la folie, et pour qui l’amour est une chimère impossible à rassasier.

Le Petit Bossu
Roberto Arlt

Traduit de l’argentin par Jean-François Carcelen et Georges Tyras
Editions Cent pages
164 pages, 99 FF

L’envers du pervers Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°24 , septembre 1998.
LMDA PDF n°24
4.00 €