La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Grumberg, onirocritique

mai 1999 | Le Matricule des Anges n°26 | par Laurence Cazaux

Dans une note en fin de pièce, Jean-Claude Grumberg s’attribue neuf et demi, pas même la moyenne, et se juge coupable de « bons mots dignes de l’almanach Vermot ». Il ponctue le tout d’une drôle de formule magique à l’adresse du lecteur : « Tant pis, merci, pardon ».
Comme si la pudeur et l’impudeur se livraient bataille, l’humour parfois très appuyé servant de mise à distance dans cette œuvre où l’auteur nous livre une part de sa nuit. Avec un sourire. Un tant pis. Un merci. Et un pardon. Bref une forme d’élégance timide, brouillée et véritablement touchante.
Jean-Claude Grumberg, né en 1939, n’a pas connu son père, mort en déportation. Ce père qui aurait eu cent ans en 1998, hante Rêver peut-être. Le personnage central, Gérard B., répète le rôle d’Hamlet de Shakespeare, « le fils des fils ». Il est traduit en justice parce qu’il commet, dans ses rêves, des meurtres, il est même suspecté d’inhumanité parce qu’il n’en éprouve aucun remord. Son avocat lui demande de produire des rêves positifs. Gérard B. s’enfonce alors dans le cauchemar. Seul le spectre de son père revenant rôder certaines nuits de la Seconde Guerre mondiale pourra mettre un terme à ce procès.
En utilisant toute la puissance du rêve, Jean-Claude Grumberg joue avec le temps et ses personnages qui changent de facette instantanément. On pense à l’humour de Woody Allen quand il s’amuse avec la matière du cinéma et qu’il rend flous les acteurs à l’écran.
Jean-Claude Grumberg lui, rend un hommage appuyé au théâtre. Shakespeare et Caldéron sont des références omniprésentes. Rêver peut-être est une belle machine à jouer. Le décor par exemple est « un lit emphatique, plein de trappes et de cintres, lit à transformations et à pièges… » Cette jubilation, toute théâtrale, fonctionne à merveille dès la lecture.

Rêver peut-être
Jean-Claude Grumberg

Actes Sud-Papiers
64 pages,65 FF

Grumberg, onirocritique Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°26 , mai 1999.
LMDA PDF n°26
4.00 €