La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les vacances de M. Lucot

mai 1999 | Le Matricule des Anges n°26 | par Marie-Laure Picot

Pour le narrateur de Probablement en villégiature à Soulac, station balnéaire médocaine, les jours suivent leur cours ordinaire. C’est de cet ordinaire que Jacques Tati faisait ses films et c’est de ce même ordinaire que l’écrivain nourrit ses carnets de notes. Chacun développe le même parti pris qui consiste à mettre le doigt sur ce qui, placé sur le bout de son nez, se dérobe pourtant au regard. Passé la plage et le sable fin, c’est la conscience de milliers de chômeurs en vacances qui s’impose à la vision du narrateur de Probablement. Mais s’il s’agit de désigner les caractéristiques de notre société, c’est non pas avec la distanciation de l’anthropologue mais avec celle, totalement subjective, de l’artiste qui se prend pour objet d’étude.
« Ce qui se passe dans le monde, écrit Hubert Lucot page 15, finalement, se passe en nous. (…) J’observe les manifestations dont Je est le théâtre. »
De la courette de la villa où il passe le plus clair de son temps, des rues avoisinantes ou de la plage où il se rend deux fois par jour, le narrateur se laisse envahir par des informations extérieures, vues, entendues, ressenties, lesquelles comme des électrons libres, se faufilent dans les recoins de la conscience et viennent percuter une pensée en formation. L’écriture d’Hubert Lucot, dont le principal souci est de rendre compte formellement de ce va-et-vient incessant entre ce qui se trouve à l’intérieur et à l’extérieur de nous, entre un présent et un passé susceptible de surgir à tout moment par le truchement de la mémoire, entre le particulier et le collectif, peut surprendre et déconcerter. Mais les rêves aussi déroutent par leur apparente absence de structure celui qui s’en souvient le matin au réveil. Hubert Lucot écrit comme on rêve, sans contraintes et sans limites.

Trois chapitres de Probablement ont fait l’objet de publications sous forme d’affiches (1m20 x 1m76) par l’Association vers le livre d’artiste, 18 rue Victoire-Américaine, 33000 Bordeaux.

Probablement
P.O.L

214 pages, 110 FF

Les vacances de M. Lucot Par Marie-Laure Picot
Le Matricule des Anges n°26 , mai 1999.
LMDA PDF n°26
4.00 €