La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Vie littéraire L’inventaire de paroles (Inventaire/Invention, Web)

octobre 1999 | Le Matricule des Anges n°28 | par Philippe Savary

Inventaire/Invention est une nouvelle revue littéraire sur le Net qui porte bien son nom. Un outil de création et de proximité déjà indispensable.

À peine quelques jours d’existence, et l’on peut présumer sans se méprendre d’un avenir radieux à la revue littéraire Inventaire/Invention tant ce « lieu de recensement, de création, de questionnement » donne à lire, à voir, à comprendre, autrement. L’entreprise est colossale : le premier numéro en ligne, appelé à se répéter tous les deux mois avec des mises à jour hebdomadaires, totalise 257 pages, et il faut bien avouer que rien n’est à jeter. Ambitieuse également. L’illustration de la couverture reproduisant un étonnant paquet de gauloises, fabriqué par des manufacturiers de Pantin en grève, fait œuvre de manifeste : ici le lecteur est bien loin des arrière-cuisines éditoriales ou des affiches flamboyantes de la rentrée littéraire. Espace de réflexion, la revue se propose avant tout d’investir le champ social, en libérant la parole.
Dirigée par Catherine Nabokov (elle travaille dans l’édition) et l’écrivain Patrick Cahuzac, Inventaire/Invention, sans antécédant papier, est accueillie et aidée par le Métafort d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Ce partenariat explique la conception graphique haut de gamme du site dont l’habillage, le confort de navigation et la lisibilité méritent une récompense. Depuis1995, cette structure multimédia soutient des projets socio-culturels, animée d’une philosophie volontariste. Autant agitateur d’idées que laboratoire de recherches sur les mutations technologiques de notre société, l’association reste persuadée que la technique a un rôle à jouer dans la lutte contre l’exclusion et les efforts de réinsertion. C’est dans ce prolongement éthique que se fonde la ligne éditoriale de la revue (les habitants de la banlieue parisienne sont même invités à collaborer). On comprend ainsi que des écrivains comme François Bon, Jean Rolin ou l’Américain John Edgar Wideman aient été séduits par le projet et participent à l’aventure. « L’ambition est de tendre le fil d’une certaine écriture du réel », affirment ses responsables. « Moins un mouvement collectif qu’une nécessité personnelle de résister », Inventaire/Invention entend « contribuer à étendre le champ littéraire aux domaines où se posent les questions les plus complexes de notre époque : économie, sciences et technologies, sociologie, histoire contemporaine, politique. »
Cette volonté de transversalité, on la retrouve dans la présentation. La revue se parcourt comme un livre, gage formel de cohérence (à peine dix lignes par page). Le sommaire se partage en deux parties distinctes : Inventaire et Invention. À droite, la partie Invention rassemble des textes de création littéraire (ici François Bon, Patrick Bouvet, Jacques Séréna, Patrick Cahuzac), des textes à entendre (Jean Rolin… bientôt prêt), quelques critiques de livres, des chroniques (Colette Fellous avoue sa passion pour Ada ou l’ardeur de Nabokov tandis que Georgy Katzarov met sur le gril Romance le film de Catherine Breillat). Une rubrique intitulée Ici même accueille également le fruit d’ateliers d’écriture où est retranscrite la parole d’exclus, « ces mots improbables venus du bas de l’échelle sociale ». À gauche, la partie Inventaire se rapproche davantage du reportage. Dans… pleurer des larmes sèches, Dominique Sigaud reproduit une partie de l’entretien qu’elle a eu avec un condamné à mort américain il y a trois ans (et qui a servi à la rédaction de son roman Blue moon). Tout autant éclairant ce Petit traité topographique du Pantin d’une collégienne : Faïza, 14 ans, y laisse voir avec lucidité la réalité de la banlieue et la fausse image que l’on en a ; ou encore les conversations pas si anodines que ça autour de la guerre, signées Philippe Guéguen. C’est questionnant, intelligent. On dirait civique si le terme n’était pas galvaudé. Et même ludique lorsqu’on s’échappe du sommaire pour cliquer sur les brèves ou les petites annonces. Inventive Inventaire, voilà une revue bien armée pour rendre possible, vivant, « l’impossible présent ».

http://www.metafort.org/inventaire/

L’inventaire de paroles (Inventaire/Invention, Web) Par Philippe Savary
Le Matricule des Anges n°28 , octobre 1999.
LMDA PDF n°28
4.00 €